Les spécialistes Citerne à fioul à proximité de Gassin

Une urgence ?

Des questions ?

Appel gratuit depuis un fixe ou un mobile

Besoin d’un spécialiste pouvant intervenir en urgence sur une cuve à fioul aux environs de Gassin ou ses environs ? Besoin d’un professionnel pouvant assurer un service rapide, efficace et sans incident ? Vous êtes sur le bon site. Sur Gassin, notre entreprise Clean Cuve vous propose une multitude de services professionnels relative à la cuve à fioul. En voici quelques-uns : dégazage, vidange, nettoyage, neutralisation, enlèvement, neutralisation, démantèlement, etc. Vous pouvez nous appeler dès aujourd’hui même. Après notre entretien téléphonique, nous enverrons immédiatement nos agents sur votre propriété pour évaluer l’ampleur des travaux à effectuer. Profitez d’un devis gratuit et d’un service de bonne qualité ainsi qu’une assistance régulière en cas de souci avec votre équipement. Besoin d’un professionnel compétent pour s’occuper de votre cuve à fioul près de Gassin ? Besoin d’une entreprise pouvant assurer un service rapide, de qualité irréprochable à un prix abordable ? Ne cherchez plus ailleurs, car Clean Cuve répond à tous ces critères. Gassin et ses environs font partie de notre zone d’intervention. Clean Cuve.fr, c’est avant tout une équipe d’expert qui maitrise parfaitement tout type d’opérations à réaliser sur les cuves à fioul. De nombreux particuliers ou sociétés font appel à nous pour des services comme le dégazage, le nettoyage, l’entretien, la vidange, l’enlèvement, la découpe, la neutralisation, le transfert de carburant ou le test d’étanchéité de leur réservoir à mazout. Ces clients nous ont choisis, car ils ont entendu parler de notre professionnalisme et de la bonne qualité des services que nous fournissons.

Citerne à fioul Gassin
Animated bubbles

Dégazage de votre cuve à fioul aux alentours de Gassin

Clean Cuve est reconnu à travers de nombreuses régions pour ses qualités de professionnel certifié en cuve à fioul. Notre équipe se compose d’agents hautement qualifiés, bien formés, et détenant plusieurs années d’expérience pour tout ce qui est manipulation de ce type d’équipement. Nous garantissons que vos installations garderont leur intégrité et nous assurons une intervention sans le moindre incident. Notre priorité est de sécuriser toute la zone autour du réservoir avant d’intervenir sur celui-ci. En outre, certaines opérations sur une cuve à fioul nécessitent l’utilisation de matériels performants et un savoir-faire qui ne sont généralement pas à la portée des particuliers. C’est le cas lors d’un dégazage, un test d’étanchéité, un démantèlement, etc. Chez Clean Cuve, nous disposons de tout ce qui est nécessaire pour mener à bien toute opération relative à la cuve à fioul. Pour une intervention de qualité et vite fait, Clean Cuve est le professionnel qu’il vous faut à Gassin et ses environs.

Comment se passe l’enlèvement de la cuve à fioul ?

Vous envisagez de neutraliser votre cuve à fioul et vous recherchez un professionnel qui peut assurer ce service sur Gassin. Notre entreprise Clean Cuve intervient dans la région. Les solutions de neutralisation que nous proposons sont fiables et garanties. Sachez toutefois que votre cuve à fioul doit obligatoirement être soumise à une vidange, un nettoyage approfondi et un dégazage avant qu’elle puisse être neutralisée. Nous pouvons nous en charger si vous ne les avez pas encore confiés à d’autres professionnels. Clean Cuve vous laisse le choix entre une neutralisation par comblement avec du sable, du béton, de la terre ou de la perlite. Si vous envisagez une mise hors service définitive du réservoir, vous pouvez choisir pour le béton. Par contre, si la neutralisation n’est que provisoire et que vous prévoyez une réutilisation de la cuve pour plus tard, optez pour le sable, la terre ou la perlite. Une fois votre choix fait, nous faisons venir le matériau par camion jusqu’à votre propriété. Puis, nous le déversons dans la citerne jusqu’à ce que celle-ci se remplisse. Nous terminons l’opération par la fermeture de la cuve. Nous vous remettons un certificat de conformité et un bordereau de suivi des déchets (si le nettoyage a été réalisé par notre équipe).

Vous avez une urgence
qui ne peut attendre ?

Vous avez des questions
sur nos prestations ?

Appel gratuit depuis fixe
et mobile

Vous préférez nous contacter en nous envoyant un mail ?

Service d’intervention Citerne à fioul

  • Nettoyage et de vérification de votre cuve à fioul aux alentours de Gassin
  • Dégazage
  • Vidange
  • Pompage de la boue hydrocarbures
  • Neutralisation au sable/à l’eau
  • Démantèlement
  • Reconversion
  • Enlèvement ou découpage
  • Tests d’étanchéité
  • Pompage et stockage dans camion ADR
  • Évacuation des déchets en centre de traitement agréé
Animated bubbles
Citerne à fioul Gassin
Animated bubbles

Gassin la ville parfumée de la Côte

Citerne à fioul Gassin

Gassin (prononciation [ɡasɛ̃] ) est une commune française située près de Saint-Tropez, dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Peuplé au moins depuis le Néolithique, le territoire se trouve dans l’aire d’influence massaliote puis sous la domination des Romains qui ont laissé les traces de plusieurs villas rustiques. Le village perché est bâti sur un éperon rocheux après l’expulsion des Sarrasins, dans le but d’échapper à l’insécurité du bord de mer. Il se développe peu au cours des siècles suivants, conservant son caractère rural typique du bassin méditerranéen avec la culture dominante de l’olivier, du blé et de la vigne. Au XIX siècle, l’industrie du liège et la sériciculture changent peu l’économie locale. L’installation d’une usine de torpille au début du XXe siècle influence durablement le golfe de Saint-Tropez, l’usine employant jusqu’à plus de mille personnes.

Commune rurale conservant son caractère viticole et forestier, Gassin voit son économie de plus en plus influencée depuis la fin du XIX siècle par le tourisme. À l’origine, les autorités locales montrent peu d’intérêt pour ce secteur, conduisant notamment à la scission de deux importants quartiers érigés en commune : Cavalaire et La Croix. Au XXIe siècle, Gassin abrite de nombreux établissements, principalement haut de gamme, liés au tourisme dont un polo club et un golf et développe un accueil spécifique marqué par la nature, de nombreuses animations et l’œnotourisme.

Gassin est protégé par plusieurs règlements : deux inscriptions en site inscrit et deux ZNIEFF notamment et se trouve dans l’aire d’habitat de la tortue d’Hermann. Elle dispose également d’un patrimoine rural valorisé. Sa préservation dans un secteur fragile a permis le classement du village parmi les Plus Beaux villages de France en 1994, année marquée également par la création du nouveau village. Le passage de nombreux artistes et les tournages liés à la popularité de la commune voisine de Saint-Tropez ont produit de nombreuses créations artistiques ayant pour thème le village.

Gassin est limitrophe de Saint-Tropez et les deux villages sont distants de 8,2 km. Gassin se situe à 36,7 km de Fréjus, 46,7 de Draguignan, 65 de Toulon, 113 de Nice et 130 de Marseille.

La commune est située sur le littoral sud-est du Var, au centre de la presqu’île de Saint-Tropez dans le massif des Maures, chaîne de montagnes qui s’étend d’Hyères à Fréjus.

Son territoire est limitrophe de ceux de quatre communes :

La superficie de la commune est de 2 474 hectares. La commune a été autrefois plus étendue au nord, avec la possession du territoire où se trouve actuellement le port et les Marines de de Cogolin : ce lai de mer a été cédé à la commune au XIX siècle. Au siècle suivant, la commune a été amputée de deux secteurs érigés en commune : Cavalaire (1929) et La Croix (1934). Elle s’étendait alors sur 64 km². Son altitude varie de 0 à 324 mètres[2]. Le bourg est située à 201 mètres d’altitude et le point culminant, 324 mètres, se situe au Barri de Gassin, au nord des moulins de Paillas[4].

Le fond du golfe que domine Gassin comporte des fonds rocheux sur lesquels se trouvent des sables terrigènes. Ils sont alimentés par les cours d’eau qui drainent les roches granitiques et gneissiques dans le nord du Golfe et apportent des sables quartzeux et les roches gneissiques au fond du golfe. Ces apports de sable forment un cordon littoral qui barre le fond du golfe et la plage sous-marine liée. L’herbier de posidonie s’installe à proximité du rivage sur des fonds peu sableux. Plus loin vers le large se trouvent les sables coquilliers, dans les fonds de - 40 à - 60 mètres. Ils sont formés principalement de débris calcaires, surtout des algues lithomaniées. Plus au large et plus profondément apparaît la vase gris bleu.

Sur la terre émergée, les formations récentes ont permis la présence de plages de sable. Il existe des éboulis de faible épaisseur. Les vallées du nord de la commune sont constituées d’alluvions récentes et d’éluvions généralement formés de sables micacés plus ou moins argileux avec lits de galets.

Les terrains plus anciens sont formés avec des micaschistes et des amphibolites et leptynites associées et leur altération fait apparaître un sol ocre remarquable. Les leptynites d’origine volcanique et composées de quartz et albite ont parfois gardé conservé leur structures gabbroïques dans les affleurements au sud de Gassin. Des masses de serpentine, plus récentes, affleurent parmi les amphibolites, notamment dans les anciens hameaux de Gassin, le Vieux Saunier et la Carade.

Dans la Presqu’île, les micachistes sont largement cristallisées à muscovite, biotite et minéraux généralement microscopiques (grenat et tourmaline) et n’affleurent que très peu. Les gneiss peuvent être répartis en trois groupes :

Parmi les autres roches présentes se trouvent :

Il y a également des enclaves dioritiques constituées de roches mésocrates à mélanocrates.

Il existe des filons de quartz, de pegmatite, de microgranite, de microdiorite et des filons basiques.

L’orogénèse majeure du secteur remonte au hercynien. L’ensemble cristallophylliens du golfe de Saint-Tropez est séparé en deux par l’accident de Grimaud qui sépare le territoire de Gassin en deux dans un axe nord-sud au niveau de la route de la Berle avec à l’ouest des micaschistes et des amphibolites et à l’est des migmatites et des granites. L’âge stratigraphique du secteur occidental est antérieur au Stéphanien, possiblement du Primaire inférieur ou du Précambrien terminal. Le métamorphisme des mécaschistes s’est produit à la période hercynienne. Dans le secteur oriental, la tectonique souple est responsable du plissement des schistes cristallins.

L’accident de Grimaud s’est produit tardivement au temps varique. Le massif n’a plus évolué notablement dès le Trias.

La commune est traversée par le fleuve côtier le Bélieu, long de 4,8 km, ainsi que par son affluent le Bourrian (appelé autrefois rivière de la Gassinière[7]), long de 8,9 km, et ses sous-affluents, le ruisseau de l’Escaled[9] et le ruisseau de la Vernatelle. À l’est, le ruisseau la Bouillabaisse, également appelé Les Marres[11], sert de frontière entre Gassin et Saint-Tropez, jusqu’à la plage éponyme que se partagent les deux communes,. Les cadastres ou cartes anciennes évoquent d’autres cours d’eau : le ruisseau de la Rouillère, confondu avec le Bélieu[14], le Peynié, affluent du Bourrian. Le Val de Bois, également appelé ravin de Patapan, est un autre cours d’eau traversant Gassin, affluent du Bélieu[16]. Le ruisseau de Valescure naît au Barri de Gassin pour passer immédiatement sur la commune de La Croix-Valmer et se jeter dans la Méditerranée, au sud, quand le Bélieu et le Bourrian s’y jettent au nord, dans le golfe.

Le climat à Gassin est classé Csb dans la classification de Köppen et Geiger, soit en climat supra-méditerranéen.

Le climat de la commune est un climat méditerranéen. Les étés y sont chauds et secs, même si la situation côtière de Gassin permet d’atténuer la rudesse des grandes chaleurs. Les jours de pluie sont rares mais les précipitations sont parfois violentes. La neige y est rare. La sécheresse estivale conduit régulièrement la préfecture du Var à prendre des mesures telles que des restrictions d’arrosage, l’interdiction des feux d’artifice et la fermeture des massifs. Le climat a eu une importance déterminante sur le développement de Gassin, notamment par le tourisme. La douceur des hivers a conduit au XIX siècle à l’installation saisonnière de populations aisées.

Les vents dominants sont le mistral (nord/ouest), vent de terre qui a donné son nom à une rue du village, la montée Ven Terraou, et le levant (vent d’est). Le premier apporte généralement le beau temps, le second la pluie. Le ponant souffle habituellement du relief vers la mer.

Les données estimées sont:

Gassin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l’Insee,,,.

Elle appartient à l’unité urbaine de Saint-Tropez, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes et 8 279 habitants en 2020, dont elle est ville-centre[24][25].

Par ailleurs la commune fait partie de l’aire d’attraction de Saint-Tropez, dont elle est une commune de la couronne. Cette aire, qui regroupe 3 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[26][27].

La commune, bordée par la mer Méditerranée, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d’inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[29][30].

L’occupation des sols de la commune, telle qu’elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l’importance des forêts et milieux semi-naturels (46,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (53,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante :
forêts (46,9 %), cultures permanentes (20,2 %), zones agricoles hétérogènes (13,5 %), zones urbanisées (11,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (5,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2 %).

L’IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIII siècle), la carte d’état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd’hui)[32].

Le tableau ci-dessous présente l’occupation des sols détaillée de la commune en 2018, telle qu’elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Le territoire de la commune est urbanisé au niveau du village médiéval et de plusieurs hameaux (Minuty, Riboty, Saint-Jean, la Rouillère, Tras Barri) et lotissements (Saint-Martin, Sinopolis, Les Chênes).

Le village médiéval est situé sur une colline culminant à 200 mètres d’altitude, les hameaux se répartissent dans la plaine. Les autres secteurs urbanisés sont situés au carrefour de la Foux et sur le bord de mer menant à l’est vers Saint-Tropez. Les grands ensembles touristiques (parc Saint-James, village Air France du Graffionier) se trouvent au cœur de parcs arborés de plusieurs dizaines d’hectares les rendant très peu visibles. Les vignes occupent une large part d’un territoire où ont été conservés d’importants secteurs forestiers.

Le village de Gassin est utilisé comme modèle dans les théories de l’organisation spatiale en information géographique et en architecture depuis notamment les travaux de Bill Hillier sur la syntaxe spatiale. Le village ancien est un exemple détaillé dans le livre de Bill Hillier et Julienne Hanson, The Social Logic of Space, publié par l’université de Cambridge.

Gassin est devenu un exemple de référence dans des travaux qui ont suivi, comme ceux conduits sous la direction ou menés par Michael Batty, Christophe Claramunt, Bin Jiang et Rodéric Béra. Ce dernier développe la notion d’adjacence relative comme outil de syntaxe spatiale.

En 2019, le nombre total de logements dans la commune était de 3 628 alors qu’il était de 3 763 en 2013 et de 3 832 en 2008. Parmi ces logements, 33,4 % étaient des résidences principales, 63,7 % des résidences secondaires ou des logements occasionnels et 3,1 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 69,8 % d’entre eux des maisons individuelles et pour 24,3 % des appartements.

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 59,8 %, en légère augmentation par rapport à 1999 (59 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était de 10,7 %.

Gassin dispose d’un plan local d’urbanisme depuis 2009,. Les résultats du PLU sont examinés par le conseil municipal en 2019. Les élus communaux décident d’engager une procédure de révision[38][39].

Plans et projets d’aménagement susceptibles d’impacter l’environnement :

Le carrefour de La Foux fait de Gassin un lieu de passage important du golfe fréquemment saturé, notamment vers Saint-Tropez. Les accès routiers (RD 98, RD 559, RD 61, route des Moulins de Paillas) sont les seuls permettant de rallier la commune, dépourvue de voie ferroviaire comme d’infrastructure portuaire. Il est le lieu de fréquents embouteillages aux heures de travail et durant l’été notamment le mardi, jour de marché à Saint-Tropez,,.

La commune est accessible en voiture par l’A8 (E 80) en suivant la sortie Sortie 36 « Draguignan-Le Muy-Saint-Tropez » puis la RD 25 jusqu’à Sainte-Maxime et la RD 559, ou encore par l’A57 avec la sortie Sortie 13 « Le Cannet-des-Maures » puis par la RD 558 jusqu’à Grimaud puis par la RD 61 jusqu’au carrefour de La Foux.

La RD 559, passant par Gassin, permet par le bord de mer de rejoindre à l’ouest Toulon-La Valette-du-Var et à l’est Saint-Raphaël, Cannes, Nice, Monaco.

Plusieurs pontons le long du littoral de la commune permettent l’arrêt des bateaux de plaisance, notamment au chenal du Treizain pour les navires à moteurs et engins immatriculés. Gassin dispose de deux zones de mouillage sous autorisation d’occupation temporaire (AOT) : les zones « Gassin » et « Bertaud » sous la gestion de la direction départementale des territoires et de la mer.

Les ports les plus proches sont ceux de Cogolin (limitrophe des Marines de Gassin), Port Grimaud et Saint-Tropez pour la plaisance (moins de 10 km du centre du village par la route), ceux de Toulon (65 km), de Port Lympia à Nice (114 km) et du grand port maritime de Marseille (136 km) pour les lignes commerciales.

Les aéroports les plus proches sont l’aéroport de La Môle - Saint-Tropez (12 km), l’aéroport de Toulon-Hyères (46 km), l’aéroport de Cannes - Mandelieu (79 km) et l’aéroport de Nice-Côte d’Azur (97 km).

Le territoire a été desservi durant plus de cinquante ans par le rail. La ligne du littoral varois des Chemins de fer de Provence a permis de désenclaver Gassin comme le reste de la presqu’île. La commune abrite alors cinq gares : Cavalaire, Pardigon, La Croix, Gassin, La Foux. Une gare fut construite en bas du village, dans un quartier qui a conservé ce nom. Il existait trois autres gare dans les hameaux de La Croix et Cavalaire[47]. Le démantèlement de ces lignes à la fin des années 1940 a conduit à un accroissement du trafic routier qui demeure l’une des difficultés majeures du Golfe. Par ailleurs, un tramway reliait le carrefour de la Foux à Saint-Tropez, principalement sur le territoire de Gassin avec plusieurs arrêts : La Foux, Bertaud, Oustalet deï Pescadous, Château-Martin, Malleribes et La Bouillabaisse.

Depuis, la gare de Saint-Raphaël-Valescure desservie par les TGV et TER Provence-Alpes-Côte d’Azur, située à 39 km par la route, est la plus proche. L’offre est complétée au nord par la gare des Arcs-Draguignan (TGV, Intercités de nuit et TER Provence-Alpes-Côte d’Azur), à 42 km au nord et par celle d’Hyères à 48 km à l’ouest (TGV et TER Provence-Alpes-Côte d’Azur).

Commune desservie par le réseau régional de transports en commun Zou !. Les collectivités territoriales ont en effet mis en œuvre un « service de transports à la demande » (TAD), réseau régional Zou !.

Les collégiens et lycéens de la commune disposent de transport en commun.

Gassin est desservi par plusieurs lignes de Varlib permettant de relier l’aire toulonnaise à l’ouest, la Dracénie au nord et vers l’est Fréjus, Saint-Raphaël ou Nice. Une seule de ces lignes publiques dessert le village, la 7705.

En saison, la ligne LER 36 reliant Marseille au Muy propose un prolongement jusqu’à Saint-Tropez.

Le plan de prévention des risques identifie quatre risques principaux à Gassin : feu de forêt, inondation, mouvement de terrain et sismique (niveau 2). Entre 1983 et 2021, la commune a été touchée régulièrement par des inondations et des coulées de boue, conduisant à la prise par le gouvernement de dix arrêtés de reconnaissance d’état de catastrophe naturelle[52].

Les origines du nom de Gassin sont l’objet de plusieurs interprétations.

Le toponymiste Charles Rostaing écarte l’hypothèse de l’origine latine Guardia Sinus (le gardien du golfe) arguant notamment que, jusqu’au milieu du XVIII siècle, Gassin s’appelait Garcin[53], il propose une origine pré-indo-européenne, avec un nom formé à partir des racines kar (pierre perchée) et sen (colline, bâti sur un rocher) qui aurait donné Garcin,. Gassin partagerait la même origine étymologique que La Crau, Cassis et le Carso.

Dans sa thèse sur les toponymes du Freinet, Élisabeth Sauze évoque la plus grande possibilité d’un nom de famille d’origine germanique tout en classant Gassin dans les noms de lieux d’origine indéterminée.

La commune aurait pris le nom de Guardia Sinus après l’installation d’une vigie sur les hauteurs de la commune. Les habitants auraient alors délaissé le lieu original d’habitation, Borianum (aujourd’hui le Bourrian) pour se regrouper autour du poste d’observation. Le nom du Bourrian est dérivé de castrum Borriani, ce dernier mot formé du patronyme Burrus et du suffixe latin -i-anum.

Beaucoup de noms de quartiers sont issus de la langue provençale. Le nom du quartier de Bagueirède est dérivé du baguié, le laurier-rose. D’autres sont des mots provençaux, devant parfois plus à un patronyme qu’à la signification du mot employé : Baou est un mot provençal désignant une colline, un promontoire rocheux souvent surmonté d’une surface plate ; Vernatelle une aulnaie, Cambon une plaine cultivée, Carteyron un quart de livre, le grafionier est le mot provençal pour le bigareautier, Roucas dou Casteous évoque le rocher du château.

Le quartier de Pimpinnon doit son nom au pin parasol, le pin pignon. Le nom de la Foux rappelle que l’eau se trouvait en abondance dans ce quartier autrefois marécageux. Tras Barri se trouvait après les rempart.

Des traces d’occupation humaine (silex) font remonter l’habitation humaine du secteur au Néolithique. La région était peuplée à l’origine de populations ligures auxquelles se mêlèrent des Celtes. L’historien et géographe grec Strabon les désigne comme Celtolygiens, précisant que les auteurs anciens les nomment Salyens[58]. Pline l’Ancien, dans son Histoire naturelle, évoque comme populations dans ce secteur les Camulliques et les Sueltères.

Un tumulus est identifié au quartier du Bourrian.

Les Celto-Ligures ont laissé les traces d’un oppidum au Barri de Gassin / Castellas, ainsi qu’à Monjean, actuellement à Cavalaire-sur-Mer. Le territoire fut marqué par la présence grecque comme en témoignent l’existence de la cité d’Heraclia Caccabaria, aujourd’hui disparue, et de vestiges divers. Après la fondation de Massilia, les Grecs fondèrent également des comptoirs dans la région. L’un d’eux, Athénopolis, évoqué par Pline l’Ancien[63] et Pomponius Mela est généralement situé dans le golfe de Saint-Tropez, entre les villes actuelles de Cavalaire et de Cogolin.

Le territoire de Gassin passa sous domination romaine lors de la conquête de la Gaule. Les légions romaines pacifièrent la zone ; tout indique que les populations locales ne participèrent pas au soulèvement contre l’autorité de Rome en -52. Les Salyens avaient participé entre -125 et -121 à une longue guerre contre les Romains, appelés à l’aide par les Marseillais. La presqu’île fit partie de la province romaine dénommée Gaule transalpine, puis Gaule romaine et Gaule narbonnaise. Lors de la réorganisation administrative menée vers 300 par Dioclétien, la région de Gassin fut intégrée à la Narbonnaise seconde. La capitale était Aquae Sextiae. L’itinéraire d’Antonin fait mention du Sinus Sambracitano, identifié au golfe de Saint-Tropez actuel. Pline l’Ancien mentionne l’existence d’Heraclia Caccabaria et d’une autre cité, Samblacis. Aucune n’apparaît sur la table de Peutinger.

Des vestiges d’habitat antique ont été découverts dans le quartier de Ville Vieille (Villam Veterem en 1403). Près de là, à La Croix et Cavalaire, anciennement situé à Gassin, se trouvent des domaines agricoles connus sous le nom de villae romaines de Pardigon. Divers objets, notamment des pièces, datant des temps du peuplement celto-ligure et romain ont été retrouvés[Note 4]. La découverte d’une inscription a permis de connaître une divinité celte vénérée alors, Lausco, Lauscus[67].

Les grandes invasions ayant accompagné la chute de l’Empire romain ne semblent pas avoir touché fortement la presqu’île de Gassin qui bénéficie de la protection naturelle des Maures.

Les côtes du Golfe, que ne protégeaient alors ni flotte ni système de surveillance, permirent à l’inverse des incursions de pirates et la ruine des habitats côtiers. Ce fut le cas pour Alconis, Saint-Tropez, Samblacis. Le chroniqueur Frédégaire rattache cet événement à la révolte de Mauront de Marseille, allié à Yusuf ibn ’Abd al-Rahman al-Fihri, contre Charles Martel.

Le territoire fut touché par la présence sarrasine. Selon le chroniqueur Liutprand de Crémone, vingt combattants venus d’Andalousie pénétrèrent dans la Presqu’île et y établirent un camp, le Fraxinet. Après l’invasion de l’Espagne en 711, des raids furent menés sur la Provence comme en 728 contre les îles de Lérins, en 838 à Marseille ou 842 et 869 à Arles, et au-delà Toulouse en 721, Nice en 813 ou Gênes en 935[69].

L’occupation musulmane du Fraxinet dura plusieurs décennies jusqu’au X siècle ; identifié à la Garde-Freinet[70], le centre névralgique des combattants andalous se situe, selon Philippe Sénac, plus proche du littoral, et donc de Gassin, dans la Presqu’île,. De là, ils menaient des attaques à travers la Provence, jusque dans le Piémont et en Suisse. Plusieurs auteurs, comme Emmanuel Davin, placent le camp des Maures à Gassin[73][74].

L’un des caïds qui dirigea le groupe de combattants fut Nasr ibn-Ahmad, officier du calife Abd al-Rahman III.

Après l’enlèvement de Mayeul, abbé de Cluny, une expédition est organisée. L’offensive de Guillaume Ier de Provence et d’Ardouin (comte de Turin) mit fin à cette présence en 972-975 lors d’une offensive qui mit aux prises les ennemis à la Bataille de Tourtour. C’est à cette occasion que Gibelin de Grimaldi obtint les terres de Grimaud et des alentours, dont Gassin.

Le territoire, par son site d’occupation principale alors, le quartier actuel du Bourrian (Borrianum), est évoqué dans le cartulaire de l’abbaye Saint-Victor de Marseille au XI siècle[77][78]. Il n’est fait mention d’aucun lieu nommé Gassin, Garcin ou ses dérivés.Seuls figurent dans le cartulaire des noms qui pourraient être rapprochés de Gassin : Arnulfus de Garcino et Aicardus de Garcin, Gaufridi de Garci et Guilelmus Garcinus. Dans une charte de 1083 émanant du comte de Provence Bertrand II, il est question d’un Petrus Garcinus[80] ; en 1097, de « Garcino » ; dans une autre charte datée de 1100 d’un « burgo Garcini »[81]. Gassin apparaît dans sa graphie ancienne dans les Statuts de la baillie de Fréjus, en 1235.

L’habitat se groupa autour de la chapelle Notre-Dame-de-la-Compassion. Malgré la présence d’un passage des Templiers dans le village moderne et dont la dénomination ne date que du XXe siècle, rien n’indique qu’il exista un établissement de cet ordre. Des auteurs anciens ont imaginé que le clocher carré de l’église du village, sur le sommet de la colline dominant le golfe de Saint-Tropez, fut une vigie templière. Le bourg se déplaça au site actuel du village. L’habitat dispersé, fréquent durant l’antiquité, se raréfia à cause des longues périodes d’insécurité. Le village actuel garde de nombreuses traces de ce passé, notamment les remparts et l’habitat du vieux fort. La porte des Sarrasins marque l’entrée de ce secteur.

L’expulsion des Sarrasins ne met pas fin à l’insécurité qui dure encore plusieurs siècles. Les razzias font des morts parmi les populations locales, quand d’autres sont réduits en esclavage. L’enlèvement devient une source de revenus pour les pirates qui permettent parfois le rachat des captifs : plusieurs familles gassinoises sont ainsi réunies, après parfois des captivités de plusieurs années en Afrique du Nord. C’est le cas de l’un des deux frères Magnan, enlevés et détenus à Bône.

Les Sarrasins ne sont pas la seule menace. En 1394, le village est attaqué par des hommes de la Garde-Freinet. Gassin est pillé et dépeuplé.

À la fin du Moyen Âge, Saint-Tropez est détaché de la seigneurie de Gassin. Un acte de refondation est réalisé en 1470 par Jean Cossa permet à cette cité de se développer à partir du XVI siècle. Cela vise notamment à créer de nouveaux débouchés économiques pour les produits de l’exploitation de la forêt et du vignoble[87][88].

Après l’expulsion des Sarrazins, les seigneurs de Grimaud, règnent sur le territoire de Gassin. Vers 1240, François et Reignier de Grimaldi divisent leur fief en différents arrières-fiefs : Grimaud, La Garde-Freinet, Cogolin, La Môle, Gassin, Ramatuelle, Saint-Tropez, Bastida (Sainte-Maxime), Les Garcinières à Cogolin et Bertaud à Gassin. Les Grimaldi conservent différents droits sur ces terres, dont l’hommage des seigneurs ou la haute juridiction.

En 1361, la curia communis est composée des 6 co-seigneurs, dont 5 sont représentés localement par des bailes.

Le , François de Castellane, seigneur et baron de Saint-Jeurs et de Gassin, acquiert la baronnie de Grimaud. La famille la possède jusqu’à la Révolution,.

Le cadastre de 1516 montre un village fortifié construit autour d’une seule rue (l’actuelle rue de la Tasco) et comptant notamment le château et une église, entouré d’un faubourg.

Le château a laissé ensuite la place à l’église, achevée en 1578, une cuve, et un nom : la rue du Fort. La cuve avait une importance capitale pour l’approvisionnement en eau sur ce piton rocheux.

L’hôtel de ville occupe la place qui est encore aujourd’hui la sienne. L’enceinte fortifiée s’étend jusqu’au faubourg d’autrefois. Le village a continué à grandir avec notamment, apparaissant sur le cadastre de 1728, l’hôpital au nord et la forge au sud. L’enceinte fortifiée compte alors deux entrées, l’une au nord, par le Portail Neuf, l’autre à l’ouest avec le Grand Portail.

Lors de la terrible peste de 1720 qui a ravagé la Provence, Gassin et le golfe de Saint-Tropez sont préservés. De nombreuses mesures sont mises en place par les autorités civiles et militaires, notamment avec la remise en vigueur des 127 articles de mesures détaillées édictées en 1629 par le parlement d’Aix. Des mesures terrestres sont mises en places avec des barrières, des corps de garde et des bureaux de santé. Gassin doit s’isoler et contrôler les entrées du villages et des hameaux. Une garde bourgeoise est constituée pour contrôler les accès contrôlés ; les autres sont fermés. Une zone de quarantaine est créée ainsi qu’une infirmerie. Des billets de santé sont délivrés pour ceux qui obtiendraient le droit de sortir. Du côté de Saint-Tropez, une garde est mise en place sur le chemin menant à Bertaud. Gassin participe à la création d’une milice chargée de participer au blocus mis en place sur une ligne La Ciotat-Vinon, de la Méditerranée aux gorges du Verdon. La commune met à disposition 2 hommes pour 10 jours. Ils sont équipés par la communauté « de chemisos, sollies, bas et chapos ». Des postes de surveillance terrestre sont installés pour surveiller les mouvements en mer et plusieurs se situent sur le littoral gassinois, au cap Lardier et au cap de Cavalaire. La surveillance se fait également depuis des bâtiments en mer à laquelle Gassin participe financièrement. Cet épisode a gravement impacté le territoire par les mesures imposées, dans la vie quotidienne comme financièrement.

Les kilomètres de côtes, au nord-est dans le golfe de Saint-Tropez et au sud-ouest entre Cavalaire et le cap Lardier nécessitent une surveillance. Nicolas-François Milet de Monville, directeur des fortifications de Provence, note dans un mémoire que la côte vers Cavalaire ne permet que le mouillage de petits bâtiments, en été. En 1752, une batterie avec quatre canons protège cette partie. Vers le cap Lardier, l’inaccessibilité de la côte rend toute protection inutile alors. La citadelle de Saint-Tropez protège l’entrée du Golfe.

Au XIX siècle, le bourg castral a quasiment atteint sa composition actuelle.

La commune va connaître un important accroissement de population entre 1821 et 1856 (passant de 491 à 833 habitants). Le village compte deux fours, deux moulins à huile (cinq autres se trouvent sur le reste de la commune) et sept fabriques de bouchons (avec une huitième en dehors du village). Il connaît une seconde phase d’expansion démographique que n’arrête pas la guerre, la population passant de 899 habitants en 1896 à 2 314 trente ans plus tard.

L’habitat dispersé y est plus important que parmi les villages voisins, atteignant 69 % selon le recensement cadastral de 1841 (10 % à Saint-Tropez, 13 % à Cogolin et 45 % à Grimaud par exemple) chiffres s’expliquant par l’étendue de son territoire alors. L’économie ressort du secteur agricole pour 80 %.

Le Var est l’un des départements qui montre une opposition notabla au coup d’État de 1851. La région des Maures notamment fournit au mouvement de nombreux insurgés. Menés par Antonin Campdoras, des hommes armés partent de Saint-Tropez pour se rendre à Gassin. Ils volent les armes des Gardes nationaux : 40 fusils, 10 sabres et 2 kilos de balles. La troupe poursuit ensuite son chemin pour rejoindre une autre colonne. Quelques Gassinois rejoignent les insurgés. Douze habitants ou leur famille bénéficient d’une pension en exécution des lois de réparation des et du ,,.

Le développement de Gassin a été, depuis la seconde moitié du XIX siècle, fortement marqué par le tourisme. Un groupe d’artistes participent à la célébrité de la partie la plus sauvage de la côte gassinoise : peintres (Théophile Poilpot, Jules Chéret, Abel Faivre), musiciens (Francis Thomé), écrivains (Victorien Sardou, Robert d’Humière), architectes (Henri-Paul Nénot), acteurs (Ernest Coquelin) ou journalistes (Adolphe Brisson, Yvonne Sarcey)[99][100].

La fin du XIX siècle voit le développement notamment du tourisme hivernal sur la Côte d’Azur. Avec Nice et Hyères, la presqu’île de Saint-Tropez devient prisée des populations aisées de France et d’Europe.

Le tourisme provoque une rupture entre la société traditionnelle rurale d’une part et de nouvelles unités urbaines qui croissent rapidement. Contrairement au village de Gassin, ses hameaux du bord de mer, Cavalaire et La Croix, se développent rapidement grâce au tourisme. Le secteur agricole, très fort à Gassin, est concurrencé par le secteur tertiaire dans les deux hameaux. Il y a déjà moins d’employés dans l’agriculture à La Croix que dans les services et l’administration. Les deux hameaux se distinguent aussi par les habitants qui sont nés hors de Gassin : ils sont 65 % à Gassin, 82 % à La Croix en 1926.

La commune profite des retombées économiques du tourisme et tente de s’y adapter. Par délibération du , la commune demande à être classée en station climatique. Si les conditions géographiques et météorologiques sont louées, la faiblesse des conditions hygiéniques est considérée comme rédhibitoire par la commission chargée d’étudier le dossier. Le rapporteur loue au contraire les qualités de Cavalaire et La Croix.

Des habitants se manifestent pour réclamer leur indépendance, dénonçant notamment la mauvaise utilisation des impôts, l’absence de volonté du conseil municipal et l’opposition entre les deux entités. Après quatre ans de tensions et de négociations, Cavalaire est érigée en commune le .

Dans les mêmes conditions, le hameau de La Croix est séparé de Gassin le .

Gassin perd alors 650 puis 2 000 hectares, plus de deux tiers de ses habitants, et se voit amputée de secteurs particulièrement touristiques comme la baie de Cavalaire et une partie du secteur des Trois Caps.

Cette perte s’ajoute à la cession d’une large bande littorale à Cogolin précédemment. Une demande de la mairie de Saint-Tropez pour récupérer une partie du territoire de Gassin échoue au milieu du XIXe siècle.

Le développement du tourisme est facilité par l’arrivée du train à la fin du XIX siècle dans le golfe de Saint-Tropez. La fin du désenclavement du territoire est marqué par la mise en exploitation de la voie de chemin de fer entre la Foux et Hyères en 1890[106]. Ce tronçon permettait de relier Hyères à Saint-Raphaël par des voies situées principalement sur le bord de mer. Long de 54 kilomètres, il était ponctué de quatre arrêts sur le territoire de Gassin, trois stations et une halte : Cavalaire, La Croix (avec une simple halte), Gassin et La Foux.

La Première Guerre mondiale coûta la vie à 35 soldats sur les 189 natifs ou résidents de Gassin mobilisés durant la guerre. Nombre d’entre eux faisaient partie du 15 corps d’armée, qui fut l’objet en d’articles diffamateurs de la part de deux sénateurs, Auguste Gervais puis Georges Clemenceau. Ces derniers relayaient les attaques du général Joseph Joffre et d’Adolphe Messimy, ministre de la Guerre, saint-cyrien devenu journaliste et passé à la politique au Parti républicain, radical et radical-socialiste, parcours identique à celui de son ami Auguste Gervais. Cette affaire bouleversa durablement la Provence.

En , la mairie de Gassin décida de baptiser trois places du nom des trois soldats de Gassin du XVe Corps morts durant le mois d’ : Louis Collomp, Charles Giordano et Léon Martel.

L’inauguration des plaques de rue se déroula le à l’occasion des Journées du patrimoine.

Durant l’Occupation, le maréchal Erwin Rommel, venu inspecter les fortifications dans ce secteur, séjourne à l’hôtel Rustic au village. Les lignes de défense allemandes n’empêchent pas le débarquement de Provence en , même si les combattants alliés n’utilisent pas les plages de Gassin. La casemate allemande est l’objet d’un intense bombardement lors du débarquement, touchant notamment la ferme voisine.

Un maquis s’organise dans le quartier Barbeyrolles, dans un domaine appartenant à un Britannique. Des réfractaires au service du travail obligatoire s’y retrouvent dans l’attente d’être acheminés ailleurs. Le maquis est démantelé par les Allemands,.

La commune adhère au Syndicat des communes du littoral varois pour la protection, l’aménagement et la mise en valeur de la Côte d’Azur varoise.

À partir des années 1980, la municipalité développe une politique de promotion et d’accueil touristique. D’importants travaux d’aménagement sont réalisés : pavage des rues, aménagement de l’entrée du village, table d’orientation, création du golf, du polo, etc..

L’extension du village, réalisée de 1989 à 1998 par François Spoerry — l'architecte qui a conçu Port Grimaud — et son assistant Xavier Bohl, obtient le prix européen d’architecture Philippe-Rotthier. François Spoerry est également l’auteur du projet initial du golf de Gassin[114] qui fut modifié sous la pression de plusieurs associations et après de nombreux recours,,.

Ces politiques sont récompensées par une Marianne d’or en 1995.

Voir l’article principal Vie politique à Gassin.

Le nombre d’habitants au dernier recensement étant compris entre 2 500 et 3 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 23.

Du point de vue administratif, la commune fait partie de l’arrondissement de Draguignan dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d’Azur et avant la réforme territoriale de 2014 du canton de Saint-Tropez.

Du point de vue électoral, la commune fait partie de la quatrième circonscription du Var depuis le redécoupage des circonscriptions législatives françaises de 2010 et depuis la réforme territoriale de 2014 elle fait partie du canton de Sainte-Maxime.

Gassin est l’une des communes de la communauté de communes du golfe de Saint-Tropez. Elle rejoint cet établissement public de coopération intercommunale le lors de sa création[125].

Au , Gassin n’est jumelée avec aucune commune.

Gassin est adhérente à un syndicat intercommunal d’assassinissement, le SIA Cogolin-Gassin. Il dispose d’une station d’épuration sur la commune de Cogolin, dans un quartier commun aux deux communes, Font-Mourier[129], d’une capacité de 45 000 équivalent-habitants. Créée en 2011 et gérée par Veolia[131], le site est l’objet d’un projet de modernisation est lancé en 2021. En 2022, les demandes pour la réutilisation des eaux usées traitées (REUT), notamment pour l’arrosage des terrains de polo et de golf ou les pépinières ont été refusées par l’agence régionale de santé[133].

La collecte et le traitement des déchets est une compétence de la communauté de communes. Gassin participe à la valorisation des déchets végétaux. Le compost créé est ensuite diffusé auprès des particuliers et des entreprises, notamment dans le secteur viticole[135]. Pour participer à la réduction des déchets, des composteurs sont distribués aux particuliers ainsi que des poulaillers.

Gassin est située dans l’académie de Nice.

La commune abrite deux crèches. La Diablerie, structure associative, est située au village, à côté de l’école primaire. La seconde, Giorda Bambino, a été ouverte en 2018 face au terrain de Naval Group[138].

En 2015-2016, la mairie administre une école maternelle de 78 élèves et une école élémentaire de 125 élèves. Une école congrégationniste fait l’objet d’une fermeture imposée par les actions anticléricales du gouvernement en 1902[140].

Le département gère le collège Victor-Hugo situé route de Cavalaire. D’une superficie de 7 500 m2, il peut accueillir 600 élèves. Construit sur les plans de l’architecte Jean-Pascal Clément, il a ouvert ses portes en 1999. Parmi les options proposées figurent le golf, grâce à la présence à Gassin d’un établissement, et la langue provençal.

La région gère le lycée du golfe-de-Saint-Tropez, situé face au centre technique municipal de Gassin, sur la route du Bourrian. Le lycée, qui s’étend sur 15 000 m2 a été réalisé sur les plans de l’architecte Daniel Fanzutti et achevé en 2011.

Il existe au moins à partir du XVII siècle un hospice au village au quartier de Cavaillon. Un nouveau est construit (ou le même réhabilité) au nord, dans l’alignement de la crête après l’église et le cimetière[110]. En 1763, l’hôpital est dénommé Hôtel Dieu que la communauté finance « pour l’hospital et refuge des pauvres mallades ». Le village abrite plusieurs maîtres chirurgiens durant cette période,.

L’hôpital ne semble plus opérationnel au début du XIX siècle[100][146].

Au début des années 2000, un pôle de santé a ouvert ses portes sur la commune, dans le quartier de la Foux, en remplacement de l’hôpital de Saint-Tropez et de la clinique privée de l’Oasis à Gassin. Sur une superficie de 15 000 m, l’hôpital et la maternité disposent de 172 lits[147]. La maternité est menacée de fermeture à la fin des années 2010,,.

Au XVIII siècle, les seigneuries de Gassin et Bertaud sont soumises localement à un juge seigneurial. Il couvre, à la fin de ce siècle, un territoire d’environ 64 km2 pour 400 personnes.

La situation avec une partie des élites locales est très compliquée dans le dernier quart du siècle. En 1779, le juge titulaire démissionne après avoir été insulté, tout comme ses lieutenants. Son fils, pressenti pour lui succéder, refuse finalement d’assumer cette mission. C’est finalement Charles-Louis Antiboul, avocat à Saint-Tropez, qui assume ces fonctions entre 1779 et 1791. Dans un document, il se plaint de la difficulté de sa tâche : « Rendre la justice aux hommes est une fonction pénibles, délicate et dangereuse à Gassin, pays de tempête et d’orage. C’est un titre d’horreur. Il faut, si l’on veut être probe, se charger de toute la haine des chefs sédisseux d’une populace afamée de mordre et ivre de briser le frein ; et j’en suis le juge. Être le juge de Gassin ! Je frissonne d’y songer. Eh ! Ne vois-je pas dans ce lieu même les gens de bien gémir de la violence de mes efforts pour soutenir un si rude fardeau ? ». Bien que nommé par le seigneur du lieu, Jean-Baptiste de Castellane, il est menacé, tout comme le notaire royal de Grimaud Jean-Baptiste Henri Brémond qui est l’objet de ce qui apparaît comme une tentative d’assassinat[151].

Au XVIII siècle, les appels sont examinés par la justice d’appeaux de Grimaud. La justice seigneuriale cesse de fonctionner en février 1791, remplacée par les juridictions introduites par la Révolution[151].

Le local de la police municipale se situe au village, près de la mairie. La caserne des sapeurs-pompiers est située à l’entrée du nouveau village, construit durant les années 1990. Par ailleurs, une brigade motorisée (BMO) de la gendarmerie nationale est également installée à Gassin.

En matière judiciaire, Gassin dépend du tribunal de grande instance de Draguignan, qui accueille également la cour d’assises du Var et où se trouve l’ordre des avocats,. Concernant le droit public, l’organisme compétent est le tribunal administratif de Toulon[154]. Pour le commerce et le droit du travail, les tribunaux compétents sont ceux de Fréjus pour le tribunal de commerce comme les prud’hommes,. Fréjus abrite également un tribunal de proximité[152].

La commune a été le théâtre de plusieurs faits divers.

En 1687, Joseph Germondy, fils du notaire gassinois Jean Germondy, assassine, dans un bois à Gassin, Jean Ricard, un notaire cogolinois.

En 1863, le corps d’une fermière est retrouvé sous un cheval, grâce à l’alerte de son chien.

Un conflit entre travailleurs italiens sur un chantier de Vergeron en mai 1896. L’un des ouvriers meurt sous les coups de ses camarades. Le plus impliqué éope de 15 mois de prison, ses complices sont acquittés.

Le , l’ingénieur agronome Louis Reich, régisseur du domaine du Bourrian, est assassiné par un sans domicile fixe italien.

En 1905, un dénommé Dalmasso est assassiné au quartier Cambon. Son assassin est acquitté.

Les époux Daumas sont assassinés le 16 février 1918 par Spadoni, déserteur de la marine, et Grilli, tous deux âgés de 20 ans. Ces derniers sont condamnés puis exécutés à Draguignan le [162].

En , « l’énigme tragique de Gassin » passionne la presse : la disparition de Madame Parracone ne semble pas pouvoir être accidentelle. Son mari est arrêté[164] et le garde champêtre est soupçonné de falsifier des preuves.

En 1943, M. Raechix, viticulteur à Gassin, aurait été assassiné à coups de revolver.

En , la « tuerie de Gassin » fait 5 morts à la suite d’un différend familial : un homme tue le compagnon de son fils et blesse gravement ce dernier avant de tuer sa belle-sœur et le mari de celle-ci. L’assassin se suicide deux jours plus tard, après avoir tué l’adjudant René Frau et blessé gravement un autre gendarme,.

Le , un habitant de Gassin ouvre le feu sur sa femme puis tue un gendarme du GIGN, l’adjudant Nicolas, avant de retourner l’arme contre lui.

En 1315, le village abritait 188 foyers. En 1471, les documents font état dans l’agglomération de 14 foyers contribuables.

Vers 1716, la population est estimée à 301 habitants, pour 273 vers 1765. La densité et de 4,3 habitants au kilomètre carré ; Gassin est de loin la commune moins peuplée du golfe de Saint-Tropez à l’époque.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[173].

En 2020, la commune comptait 2 642 habitants, en diminution de 0,6 % par rapport à 2014 (Var : +4,52 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d’un âge inférieur à 30 ans s’élève à 25,5 %, soit un taux inférieur à la moyenne départementale (30,2 %). À l’inverse, le taux de personnes d’un âge supérieur à 60 ans (35,2 %) est supérieur au taux départemental (32,5 %).

En 2018, la commune comptait 1 235 hommes pour 1 351 femmes, soit un taux de 52,24 % de femmes, supérieur au taux départemental (51,95 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s’établissent comme suit :

Le groupe Leï Masco (Les Masques) perpétue la culture provençale à Gassin lors de différents événements : messe chantée, aubade, procession pour la fête de la Saint-Laurent et le partage des Treize desserts.

Les Amis des Arts organisent de nombreuses activités culturelles : une exposition annuelle des travaux des ateliers, une pièce de théâtre.

Durant plusieurs années entre 2014 et 2017, l’acteur américain Leonardo DiCaprio organise à Gassin une importante vente aux enchères pour la Leonardo DiCaprio Foundation. L’événement a attiré au domaine viticole de Bertaud-Bélieu en 2016 environ 900 personnes, notamment des personnalités telles qu’Arnold Schwarzenegger, Albert II (prince de Monaco), Mariah Carey, Edward Norton, Naomi Campbell, Kate Hudson ou Bono. Plus de 40 millions d’euros ont été récoltés, dont une partie, l’événement se déroulant quelques jours après l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice, doit être reversée aux victimes de l’attaque,.

Le domaine accueille d’autres événements. En 2019, il est le lieu où se déroule le gala d’arrivée du Rallye des Princesses.

À partir de 2020, le haras devait accueillir la Fight Night, l’un des plus importants rassemblements de sports de combat en France,.

Chaque deuxième dimanche d’août, Gassin fête son saint patron, saint Laurent. Les manifestations sont organisées par la mairie, l’office municipal de l’animation, de la culture et des loisirs (OMACL) et le groupe Leï Masco. Aubade, procession, messe chantée en provençal, animations, repas provençal sont programmés chaque année.

Il coïncidait autrefois avec une bravade, menée par un capitaine, qui était l’organisateur de la fête. Cette tradition perdure durant la révolution où la fête laïque se confond avec la patronale.

Plusieurs associations et clubs de sports sont installés à Gassin : danse (Salsa), chasse, fitness, judo, gymnastique, équitation, tennis.

L’école de voile de La Moune est ouverte à l’année, elle propose notamment des initiations au catamaran de sport et permet des sorties en paddle.

L’Avenir cycliste gassinois organise notamment chaque année la Caroubike, qui tire son nom du quartier où elle se déroule : Caruby. Cette course compte pour le championnat régional de VTT cross-country. Son tracé a été utilisé par l’Office municipal des animations, de la culture et des loisirs (OMACL) pour créer la Gassinoise, course pédestre d’environ onze kilomètres.

La commune dispose d’un golf de 9 trous et 18 troussur un terrain qui domine partiellement Saint-Tropez. Son tracé a été réalisé avec le concours notamment de Gary Player, Gery Watine et Thierry Sprecher. Il a vu le jour après une longue bataille judiciaire opposant les porteurs du projet à des associations ayant évoqué des contradictions avec la loi littoral ou la protection d’espèces et des sites protégés. Lancé au milieu des années 1980 avec le groupe Pierre & Vacances-Center Parcs, le développement de cette zone d’aménagement concerté a été arrêté par de nombreux recours. Elle a repris en 2002 avec un partenariat entre Colbert Orco et la banque Lehman Brothers.

À quelques centaines de mètres de La Foux, où se trouvait un siècle plus tôt un hippodrome, a été implanté un complexe autour du monde du polo dans le quartier du Bourrian, sur un terrain de plus de cent hectares. Les haras de Gassin permettent l’accueil et l’élevage de chevaux avec, pour la première fois en 2017, la naissance de deux poulains destinés au polo. Le site abrite le Polo Club de Saint-Tropez. De nouvelles installations ont été créées depuis le début des années 2010 avec notamment la construction de 350 boxes, de logements pour les équipes et des équipements de toute nature (restaurant, boutique, piscine, cryothérapie, squash, tennis, etc.). En 2016, il comptait quatre terrains, un cinquième pour l’entraînement, une piste d’entraînement de 360 mètres et un manège couvert.

L’un des principaux parcs d’attractions de France est installé à Gassin, dans le quartier de la Foux. L’Azur Park a été fondé en 1968 sous le nom de Luna Park, près de l’emplacement où se trouvait une petite fête foraine[186][187].

Le parc accueille chaque saison environ un million de visiteurs.

En 2019, un café associatif a ouvert dans le vieux village de Gassin, le Café Perché.

Gassin compte deux lieux de culte catholiques relevant du Diocèse de Fréjus-Toulon : l’église Notre-Dame-de-l’Assomption et la chapelle Notre-Dame-de-la-Compassion.

La paroisse de Gassin est désormais rattachée à celle de La Croix-Valmer. Elle dispose d’une antenne de la communauté brésilienne Doce Mãe de Deus (Douce Mère de Dieu), l’une des communautés nouvelles de l’Église. Cette dernière s’occupe en partie de l’église Notre-Dame-de-l’Assomption et organise chaque année la fête de la Saint-Jean.

En , le revenu fiscal médian par ménage était de 32 834 , ce qui plaçait Gassin au 10 987 rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[190].

En , 72,6 % des foyers fiscaux étaient imposables.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2018 : médiane en 2018 du revenu disponible, par unité de consommation : 23 760 .

En , le budget de la commune était constitué ainsi :

Avec les taux de fiscalité suivants :

En , la population âgée de 15 à 64 ans s’élevait à 1 625 personnes, parmi lesquelles on comptait 77,0 % d’actifs : 65,9 % ayant un emploi et 11,1 % de chômeurs, soit un taux de chômage de 14,4 % alors qu’il n’était que de 12,8 en 2008[I 6].

On comptait 2 276 emplois dans la zone d’emploi, contre 2 303 en 2008. Le nombre d’actifs ayant un emploi résidant dans la zone d’emploi étant de 1 125, l’indicateur de concentration d’emploi est de 202,3 %, ce qui signifie que la zone d’emploi offre deux emplois par habitant actif[I 7].

Au , Gassin comptait 755 établissements : 30 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 18 dans l’industrie, 68 dans la construction, 580 dans le commerce-transports-services divers et 59 étaient relatifs au secteur administratif.

En , 57 entreprises ont été créées à Gassin, dont 32 par des autoentrepreneurs[I 10].

La configuration géographique a réduit l’exploitation du sol de Gassin. En , seul 6 % de son territoire était exploité, un taux nettement plus faible que les communes voisines.

Jusqu’au milieu du XIX siècle, l’agriculture gassinoise est conforme au schéma traditionnel méditerranéen avec la triple culture du blé, de la vigne et de l’olivier. Sur les 580 hectares exploités vers , les vignes représentaient 46 % des terres exploitées, les terres 23 %, les vergers 20 % et les près 11 %.

Les temps de la révolution sont difficiles. La commune interdit de vendre le blé aux étrangers à l’été . Elle fait réaliser en des chasses aux loups, qui sont également l’objet d’empoisonnements, accusés de menacer la subsistance des habitants.

La forêt exploitable ne représente pourtant alors qu’un cinquième de la superficie, le restant étant abîmé par les animaux et les incendies. L’exploitation du liège ne commença à grande échelle qu’au XIXe siècle conduisant à une meilleure prise en compte de la forêt. Un siècle plus tard, elle occupe selon le cadastre près des trois-quarts du sol.

L’exploitation du ver à soie commence également au XIX siècle et conduit à l’implantation de nombreux mûriers.

Une grande partie de la commune reste composée de terres agricoles, notamment pour la production de vins de Provence : neuf domaines viticoles se sont développés à Gassin, dont Château Minuty (cru classé). Les principales autres cultures sont l’olivier et le chêne-liège. Un producteur d’huile d’olive s’est installé à la fin des années 1990, l’oliveraie est composée en d’environ 3 100 arbres.

La viticulture a été historiquement, et demeure en , une occupation importante de l’économie gassinoise. Présente localement depuis l’Antiquité, la culture de la vigne a été déterminante au niveau régional. C’est à la mairie de Gassin, et sous l’impulsion de Gabriel Farnet, le propriétaire de Château Minuty, que sont déposés en les statuts de l’Association syndicale des propriétaires vignerons du Var, créé pour la défense et la promotion de l’appellation Côtes de Provence.

Dans la liste définitive arrêtée le 29 octobre des bénéficiaires de l’appellation « Crus classés », deux des 29 domaines sélectionnés sont gassinois : Château Minuty et le domaine de Bertaud.

En , Gassin accueille la fête des vendanges, organisée par le Comité national du raisin et du vin et son Comité méditéranéen. Plusieurs milliers de personnes participent à cet événement dont l’actrice Meg Lemonnier, Maurice Goddet, rédacteur en chef de L’Auto et directeur du Rallye Raisin organisé conjointement et le député Édouard Barthe. Un concert vocal, instrumental et folklorique est donné avec des artistes de l’Opéra comique, du Théâtre de la Monnaie de Bruxelles, et de l’Opéra de Monte-Carlo, dont Henri Espirac ainsi que les solistes de l’Académie provençale, dont Victor Tuby,.

Deux formes de viticulture coexistent : celle des grands domaines (Minuty, Bertaud, Bourrian) et celles des petits propriétaires. À l’opposé des pratiques du reste du Var, Gassin est la seule commune où la culture de la vigne est importante à ne pas compter de coopérative. Les petits viticulteurs continuent par tradition à vinifier à domicile. D’autres sont associés à des coopératives de communes proches,.

La commune de Gassin est à l’origine d’une demande de classement de la presqu’île de Saint-Tropez en AOC.

La force du territoire a été de bénéficier très tôt de grands domaines. Alors que les différentes crises ont conduit à un recul de la vigne ailleurs dans le Var, cela n’a pas été le cas ici, avec par exemple une hausse des hectares cultivés dans les années 1930. L’éloignement relatif des grands axes routiers a limité l’impact de l’urbanisation sur le territoire, permettant la conservation du vignoble jusqu’à la fin du XXe. Depuis, l’augmentation du prix du foncier a fortement progressé sur le littoral, se combinant avec d’autres facteurs tendant à la protection du vignoble malgré des fragilités : une viticulture haut de gamme et en bonne santé, concentration des exploitations notamment. Si cette situation est globalement favorable, elle pénalise les petites exploitations qui peinent à s’agrandir.

Outre les commerces en ville, le centre commercial du Carrefour de La Foux est également situé à Gassin comme plusieurs autres zones commerciales aux Marines de Gassin, aux Cyclades et près du pôle de santé.

À la fin du XVIII siècle, un dénommé Pontier découvre, au quartier de la Carrade, un nouveau minerai, au sein de roches serpentineuses. Le fer chromaté ou chromite est décrit par Louis-Nicolas Vauquelin et Tassaert[204]. Une mine est exploitée au XIX siècle[205][206] et fermée quelques années plus tard du fait de la concurrence américaine. Un fil de plomb argentifère est présent également ; une demande est réalisée pour l’exploitée[208] mais cela ne sera pas mis en oeuvre du fait de la faiblesse du filon, ainsi que du graphite[210].

En , un conglomérat d’entreprises britanniques fonde la Société française des torpilles Whitehead pour la construction d’une usine à l’est de Gassin, près de Cogolin. La marine nationale passe une première commande en et la guerre conduit à une forte demande d’obus. L’usine Whitehead travaille alors pour l’exportation dès ses débuts, une vocation qui n’a pas cessé depuis : en , l’usine livrait des torpilles à quinze pays. Elle devient la propriété de la Société de construction des Batignolles et de la Société des aciéries et des forges de Firminy en . L’entreprise, visée par la loi du sur la nationalisation des entreprises fabriquant des matériels de guerre, devint nationale en . Elle fut intégrée à la Marine nationale. Elle dépend aujourd’hui de la DCNS, société redevenue privée en ,.

Au sein du « Var rouge », Gassin ne fait pas figure de haut lieu des luttes sociales. En , alors que les conséquences de la crise économique de se font encore sentir, les ouvriers bouchonniers de Gassin se mettent en grève pour obtenir une augmentation, qu’ils obtiendront. En , quelques semaines après la scission menée par la frange communiste à la CGT, la Confédération générale du travail unitaire lance une grève à l’usine de torpilles de Gassin. Elle s’achève par un échec pour les grévistes après un mois d’arrêt.

Comme de nombreuses communes du sud du Var et de la presqu’île de Saint-Tropez, l’économie de Gassin est fortement tournée vers le tourisme estival. Le tourisme à Gassin a d’abord été un tourisme hivernal, centré sur les hameaux de Cavalaire et La Croix et notamment la venue de riches propriétaires lyonnais.

En 1969, l’association VVF crée un ensemble hôtel résidence sur la commune, y développant le tourisme social.

La vue panoramique depuis le village sur les environs a accompagné le développement du tourisme,,. Gassin a également bénéficié de sa position de voisine de Saint-Tropez quand cette dernière a acquis une renommée mondiale. La commune a créé en 2016 un office de tourisme municipal, le dernier avant l’entrée en vigueur de la loi NOTRe pour améliorer l’accueil touristique et mieux quantifier l’impact du tourisme. La commune obtient pour la première fois son classement en station de tourisme le par décret ministériel[218]. C’est la 433 station classée en France depuis la réforme[219].

Un projet d’aménagement touristique d’Henri Prost pour le Syndicat des communes du littoral varois précisait sur une carte, à propos de Gassin : « Point de vue remarquable sur le golfe de Saint-Tropez ». Dans un document écrit, il détaillait les atouts de la commune qui comprenait alors les secteurs de Cavalaire et de La Croix, érigées en communes respectivement en 1929 et 1934.

Au , la capacité hôtelière était de 249 chambres réparties dans dix hôtels dont cinq hôtels cinq étoiles[Note 9], un hôtel quatre étoiles, deux hôtels trois étoiles, un hôtel deux étoiles et un hôtel non classé. La commune dispose par ailleurs de deux campings pour une capacité totale de 716 places[I 12].

Gassin est également réputé pour ses restaurants, notamment ceux de la place deï Barri. Plusieurs restaurants de la commune sont récompensés par les principaux guides culinaires nationaux : le restaurant de la villa Belrose a conservé durant une vingtaine d’années une étoile au guide Michelin. Le Bello Visto et La Verdoyante obtiennent au milieu des années 2010 un Bib Gourmand.

Selon l’enquête réalisée par l’observatoire national du tourisme, le village attire durant les années 1990 environ 260 000 touristes.

Gassin est protégée au titre des sites inscrits à deux reprises : « Gassin et ses abords » et « Presqu’île de Saint-Tropez »[224]. Le rapport de la Commission départementale des sites, perspectives et paysage du Var du détaillait les motifs de ce classement :

« Véritable vigie sur son promontoire, Gassin possède un rempart circulaire, très beau belvédère d’où l’on découvre un panorama très étendu sur Grimaud, Sainte-Maxime, le golfe de Saint-Tropez, la baie de Cavalaire, les îles de Port-Cros et du Levant, avec les Alpes en toile de fond ».

La commune ne compte aucun monument répertorié à l’inventaire des monuments historiques mais 31 lieux et monuments répertoriés à l’inventaire général du patrimoine culturel[226]. Par ailleurs, elle compte 10 objets répertoriés à l’inventaire des monuments historiques.

Les dix objets répertoriés à l’inventaire des monuments historiques se situent dans l’église paroissiale Notre-Dame-de-l’Assomption :

L’inventaire cite notamment dans l’ordre suivant :

La commune s’enorgueillit de posséder « la plus petite rue du monde »,, ,, l’Androuno, nom qui signifie ruelle en provençal[277]. Des rues semblables existaient dans de nombreux villages de Provence. Cette ruelle, qui ne permet pas le passage d’un homme de face, fait figure de curiosité locale. Au plus étroit, elle ne mesure que 29 centimètres.

La chapelle Saint-Laurent est située dans le quartier éponyme de Gassin. Aujourd’hui en ruine, elle abritait jusqu’en les reliques de Saint-Laurent.

La chapelle Saint-Sébastien, dite chapelle des Pénitents blancs, se trouvait au niveau du puits de la rue Saint-Jean-Baptiste. Un cimetière se trouvait à côté. Les pénitents de Gassin firent l’objet d’une censure épiscopale en .

La commune abrite un blockhaus de type R680 dans le quartier de la Foux. Ce bunker a été édifié durant la Seconde Guerre mondiale par l’armée allemande dans le but d’empêcher un débarquement allié dans le cadre du Mur de la Méditerranée (le débarquement de Provence se déroula en partie dans ce secteur : la force Alpha au niveau de Cavalaire-sur-Mer et La Croix-Valmer, et la force Delta à Sainte-Maxime). Situé sur un terrain privé, il a fait l’objet d’une convention entre son propriétaire privé et la mairie pour permettre à une section locale du Souvenir français de s’occuper des lieux[282].

Sur près de 2 500 m, le jardin privé de Marie-Thérèse L’Hardy-Halos, accessible gratuitement, propose plusieurs centaines d’espèces végétales méditerranéennes et provençales[283][284]. Créé par Germaine L’Hardy-Denonain en , il reçoit le label officiel « jardin remarquable » du ministère de la Culture en . Il fait partie des lieux qui participent aux Rendez-vous aux jardins organisés chaque année par le ministère de la Communication et aux journées du patrimoine.

La commune, qui abritait autrefois le Pin de Bertaud, un pin parasol d’une circonférence de tronc et d’une taille remarquable, accueille aujourd’hui l’un des deux plus vieux oliviers de France.

La commune dispose de trois plages sur son littoral : la plage de la Moune qui accueille une école de voile, celles du Treizain et de la Bouillabaisse, que Gassin partage avec Saint-Tropez, parsèment le littoral de Gassin. Un sentier littoral permet de parcourir une partie du bord de mer gassinois.

Trois sentiers balisés ont été aménagés. À partir du mini-stade au nouveau village, les Boucles de l’Arlatane permettent de découvrir la forêt provençale notamment grâce à des panneaux botaniques installés sur le parcours. Le sentier s’étire sur un total de 3,5 kilomètres. Une aire de pique-nique est aménagée près de la source de l’Arlatane.

Le chemin de la chapelle Notre-Dame-de-la-Consolation est un circuit de 4,1 kilomètres. Il passe par la route qui longe la vue sur les Maures puis descend dans la forêt et les vignobles Gassinois avant de remonter vers une bergerie et la chapelle.

Le dernier parcours, de 16,9 kilomètres, descendant jusqu’à La Croix-Valmer avant de remonter au village, emprunte un petit passage du GR 51.

Les espèces végétales sur le territoire de Gassin sont caractéristiques des zones méditerranéennes. Les forêts sont constituées de chênes pubescents, de chênes verts, de pins parasols notamment. Les pins blancs de Provence y poussent également. Sur la place Deï Barri et autour du village se retrouvent des Micocoulier de Provence.

La forêt de Bestagne est la seule en France où Cyclamen repandum est présumée indigène. Certains habitats sont jugés remarquables dans le cadre des zones naturelles : les groupements terrestres à isoètes, les fourrés à lauriers, les galeries de peupliers et les bois de caroubiers.

Ces éléments et la faune provençale en général sont mis en valeur dans le jardin remarquable L’Hardy-Denonain, mais aussi dans un parcours découverte dans la forêt municipale. Des panneaux botaniques ont été installés sur une partie du sentier des Boucles de l’Arlatane.

Le territoire de la commune est situé dans deux zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique de type II : la ZNIEFF 83-103-100 dite « Maures de la Presqu’île de Saint-Tropez » et la ZNIEFF 83-200-100 dite « Maures »[288].

La faune compte 14 espèces patrimoniales dont la tortue d’Hermann, seule tortue terrestre de France. Gassin fait partie des communes où s’applique le plan national d’actions en faveur de la tortue d’Hermann.

Le circaète Jean-le-Blanc, le faucon hobereau et le Petit-duc scops sont des espèces aviaires déterminantes ainsi que des pics épeiches et des bruants ortolans.

Les autres espèces patrimoniales sont les cistudes d’Europe et des lézards ocelés pour les reptiles.

Le cardiophorus exaratus, l’amaurops abeillei, l’amaurops aberrans et l’amaurops tholini, trois coléoptères de la sous-famille des pselaphinae, l’anoxie écussonnée et l’anoxie australe, deux espèces de hannetons, le cyclops halicyclops septentrionalis, un crustacé de la sous-classe des copépodes et enfin la limace deroceras chevallieri sont les autres animaux remarquables.

Gassin fait partie de l’aire optimale d’adhésion (AOA) du parc national de Port-Cros.

Le loup est anciennement présent dans la zone comme en témoignent les toponymes Val de Bois (anciennement Valle Lobose), le quartier des Louboues, et la colle du Loup : petite hauteur dans l’angle formé par le ruisseau qui fait la limite de Saint-Tropez et le bord de mer.

Entre le XVI et le XVIIIe siècle Le loup, qui est présent de façon notable dans le secteur, est perçu comme un nuisible. Il est responsable d’attaque, notamment sous l’action de la rage. Des primes sont mises en place pour sa capture et plusieurs loups sont tués durant cette période. Il est éradiqué de Provence au XIX siècle[289].

Le loup est à nouveau présent au début du XXI siècle[290][291][292].

En , l’observatoire marin a découvert au large du château Bertaud un champ de grandes nacres couvrant environ 15 000 m, le deuxième plus grand coquillage au monde. Le site est exceptionnel par sa concentration d’une population de même âge (2 à 3 ans) et par sa densité, plus importante que les autres champs du secteur, dépassant celui de la population des nacres du parc national de Port-Cros[293][294][295][296]. Selon le biologiste marin Nardo Vicente, il s’agit de la plus forte densité de tout le littoral méditerranéen.

La présence de cette espèce, protégée en France, apparaît comme un élément bloquant pour la vente du site de l’usine des torpilles de Gassin par Naval Group,.

Plusieurs scènes de films et téléfilms ont été tournées à Gassin :

Le village et son territoire apparaissent dans diverses œuvres artistiques.

Gassin a été évoqué dans plusieurs œuvres littéraires :

Gassin obtient une notoriété internationale en 1967 à l’occasion de l’annonce de la tenue du 4e Festival de la Liberté d’expression. L’événement majeur du festival est la création officielle de la seule pièce écrite par Pablo Picasso, Le Désir attrapé par la Queue. Elle doit s’accompagner d’un happening que Jean-Jacques Lebel, qui choisit Saint-Tropez.

Après un premier accord avec l’adjoint à la culture, l’installation d’un grand chapiteau et le début des répétitions, le conseil municipal vote finalement une délibération refusant la tenue de la pièce et du happening et en appel au préfet. C’est finalement l’avis négatif d’une commission de sécurité qui conduit à l’annulation de la pièce.

Le maire de Gassin René Chapelle et le président d’honneur du comité des fêtes de la commune, le peintre Paul Herman Saffre, interviennent alors pour permettre la tenue du festival à Gassin. Le festival se déroule sous une tente de cirque au carrefour de la Foux. Le choix de la mairie de Gassin est d’assurer la publicité de la ville.

L’événement est évoqué dans de nombreux journaux français et étrangers (Combat, Paris Presse-L’Intransigeant, International Herald Tribune, France Soir, La Tribune de Genève, Le Monde, New York Herald Tribune, L’Aurore). Le sociologue Jean Duvignaud y réalise une étude sur les beatniks[335].

Passé l’annonce du scandale d’une pièce annoncée comme vulgaire et pornographique, la pièce et le happening laisse le public plutôt déçu et indifférent,.

Selon une légende dont l’origine n’est pas connue à ce jour, Gassin est le village des sorcières[338][339][340][110].

Une version situe la naissance de ce mythe à l’époque où la peste ravageait la Provence. Les survivants avaient abandonné le village pour échapper à l’épidémie. Une vieille paysanne qui ne craignait plus la mort, resta sur place pour maintenir le village en vie. Et alors que le soleil s’effaçait dans le ciel, la vieille Gassinoise allait de foyer en foyer pour y allumer un feu. Il se raconte qu’elle propageait une flamme dans le creux de sa main sans jamais se brûler…,,,.

Cette légende est à l’origine du nom du groupe provençal de Gassin, Leï Masco, les masques désignant ici les sorcières.

La présence de personnalités notamment liées au monde de l’art dans la presqu’île de Saint-Tropez et celle d’une maternité, aujourd’hui fermée, dans la commune, la clinique de l’Oasis, près de l’entrée du village de pêcheur rendu célèbre par Brigitte Bardot, a conduit la commune à voir naître des enfants de célébrités qui ont suivi les traces de leurs parents.

Gassin est la commune de naissance de la mannequin et styliste Inès de la Fressange (1957), du compositeur d’avant-garde Igor Wakhévitch (1958), fils du décorateur de théâtre et de cinéma Georges Wakhévitch et de l’actrice Maria Carlo, l’actrice Emmanuelle Béart (1963), fille du chanteur Guy Béart et de la mannequin e Geneviève Galéa, l’actrice Sarah Biasini (1977), issue de l’union entre Daniel Biasini et la comédienne Romy Schneider, l’artiste peintre et lithographe Zarou (1930-2013), enfant du peintre Tony Cardella.

La commune voit naître au cours des dernières décennies de nombreux sportifs tels que les footballeurs David Ginola (1965), international dont les parents habitaient alors non loin à Sainte-Maxime, et Athos Bandini (1969), l’animatrice Carine Galli (1985). Gassin a été fertile pour d’autres sports puisque le joueur de bowling François Sacco (1970) y est né, comme le cycliste Thomas Vaubourzeix (1989), le pilier de rugby Florian Fresia (1992), le basketteur Yann Siegwarth (1993), volleyeur Thomas Meunier (1994). La championne de tennis Isabelle Demangeot (1966), ancienne numéro 2 française, et Arthur Rinderknech numéro 1 français en 2022, sont également nés à Gassin.

L’entrepreneur Jacques-Henry Gros (1911), beau-père de François Spoerry qui a créé à Gassin du nouveau village, la réalisatrice Bénédicte Galup (1964) et le criminologue Sebastian Roché (1961) sont nés à Gassin également.

La popularité de la région auprès des artistes à partir de la fin du XIX siècle a conduit nombre d’entre eux à s’y installer et ce fut pour certains leur dernière demeure. Le peintre Henri Manguin, l’un des principaux peintres fauvistes, est décédé dans sa maison gassinoise de L’Oustalet (1949). L’écrivaine et psychanalyste Marie Bonaparte y est morte en 1962 ; la résistante Mary Jane Gold, qui s’éteint en 1997 dans sa villa Air Bel II, dénommée ainsi en hommage à la villa Air-Bel utilisée durant la guerre et dans laquelle elle reverra son amant, Raymond Couraud, l’auteur de bédés Jean Cézard (1977), la même année que l’architecte, décorateur et peintre français Maurice Pico, les acteurs Jean-Pierre Aumont (2001) et André Pousse (2005), le pianiste Gérard Jouannest (2018) et l’illustrateur Gilles Valdès (2018). L’artiste Beny Tchaicovsky (en) a passé les deux dernières années de sa vie à Gassin où il est mort en .

Le basketteur et entraîneur Jacques Perrier a eu Gassin comme dernière demeure (2015) comme le footballeur Roger Orengo (2014), l’architecte Achille de Panaskhet (2010) l’ancien braqueur et écrivain Roger Knobelspiess (2017) et l’ancien footballeur Paul Sinibaldi, qui était alors l’international en vie le plus âgé, ayant été sélectionné une fois en 1950, 68 ans plus tôt.

Comme cela a été vu dans le chapitre justice et sécurité, la seule personnalité décédée de mort violente à Gassin est Louis Reich (1903).

L’architecte Henri-Paul Nénot, qui a construit le monument aux morts de la Grande Guerre, est enterré à Gassin, ainsi que plusieurs membres de sa famille dont Nadine Landowski. Un autre architecte, Paul Landowski, a vécu et travaillé à Gassin. Il était le beau-fils d’Henri-Paul Nénot.

Le peintre Emmanuel-Charles Bénézit a habité à Gassin après la Première Guerre mondiale. Il y a peint plusieurs tableaux dont Place du village de Gassin et L’Église de Gassin, présenté au salon des Tuileries de 1928. Le peintre normand Julien Féron a également séjourné longtemps à Gassin. Le couturier Paul Poiret possédait une villa, La Treizaine, sur le bord de mer[342].

René Clair possède des biens à Gassin, qui sont mis sous séquestre en 1940 après le départ du réalisateur, scénariste et écrivain pour les États-Unis et sa déchéance de nationalité.

En , le maréchal Erwin Rommel séjourna à l’hôtel Rustic lors d’une tournée d’inspection des défenses côtières allemandes. Éliane Brault y possède un bien qu’elle visite dès le lendemain du débarquement de Provence après avoir salué les habitants[345].

De nombreuses célébrités artistiques ont séjourné à Gassin au siècle dernier : Colette, qui dînait souvent à l’hôtel Rustic, comme Jean Tardieu (qui achéte et retape une grange en 1957), Michèle Morgan, qui y fêtait l’anniversaire de son fils, Marcel Pagnol qui y dégustait l’aïoli ou Yehudi Menuhin lors de son voyage de noces en 1938. Brigitte Bardot y séjourna durant le tournage de Et Dieu… créa la femme (1956), Édith Piaf, Otto Preminger, Jean Seberg et David Niven qui, lors du tournage de Bonjour tristesse (1957), se retrouvèrent au Bello Visto. Selon Jacques de Ryswick, c’est notamment lors de balades sur les hauteurs de Gassin que Jacques Perret écrit Le Caporal épinglé[347].

L’écrivain et poète Jean Tardieu, Philippe Tallien, le romancier Gordon Merrick, la parolière Rachel Thoreau, le chanteur Richard Anthony, l’écrivaine Colette Yver, le peintre Moïse Kisling (dont la maison quartier de la Berle vit naître son fils Guy), Léon Chic possédèrent des propriétés et habitèrent Gassin[110]. L’acteur Pierre Brasseur y vit et y travaille également ; il est voisin du décorateur Georges Wakhévitch qui lui apprend la peinture,. Wakhévitch y réalise les décors de la pièce de Jules Romain Donogoo, montée à la Comédie française[351]. Henri Jeanson habite près d’eux. L’héritier et homme d’affaires Gunter Sachs rencontre par hasard à Gassin au restaurant La Vieille Fontaine Brigitte Bardot ; ils se marient un mois plus tard[353]. Monique Chaumette et Philippe Noiret se marient à la mairie de Gassin le . Le poète Bernard Mazo y séjourne fréquemment et y écrit[355].

Paul Simon, sculpteur élève d’Antoine Bourdelle, achète une maison à Gassin en 1955 où il vit la moitié de l’année avant de s’y installer. Il repose dans le cimetière communal,.

Le peintre Édouard Vuillard a vécu à Gassin dans la villa de la famille de Jacques Salomon, époux de l’un des modèles préférés du peintre, Annette.

L’acteur Gérard Philipe a exploité une partie du domaine de La Rouillère, l’un des domaines viticoles de Gassin,.

Le designer industriel et graphiste Raymond Loewy dessine et fait construire la villa Uriane, dans un style moderniste, à Gassin où il s’installe, sur la route qui mène à Saint-Tropez.

Le diplomate et ministre des Affaires étrangères entre 1974 et 1976, Jean Sauvagnargues, possédait une maison de vacances à Gassin, l’ancienne chapelle des Pénitents blancs. Il y séjournait à l’été 1976 lorsqu’il y fut appelé au téléphone par le secrétaire d’État américain Henry Kissinger lors de la crise diplomatique opposant la France et les États-Unis sur le sujet du programme nucléaire pakistanais[361]. Le ministre de Charles De Gaulle, Alexandre Sanguinetti, s’était retiré à Gassin, où sa femme s’est éteinte en 2015.

En , le milliardaire américain Charles S. Cohen, producteur de films et promoteur immobilier, a racheté le château de Chausse où il s’installe avec sa famille,,,. Il envisage une réorganisation du site et la création d’un festival du film[367].

Le chanteur Aldo Killy y a vécu de longues années, comme le peintre Guy Texidor, jusqu’à leur décès en 2018.

Le chef Michel Roux, trois étoiles au Guide Michelin, possédait La Bergerie à Gassin avec un vignoble.

L’écrivain et journaliste Edward Jay Epstein a rencontré à plusieurs reprises à Gassin l’officier du renseignement américain Tennent H. Bagley. Ce dernier l’a informé sur les défections d’espions russes.

La devise de la commune est « May d’honour que d’honours », maxime en provençal qui peut être traduit ainsi : « Plutôt l’honneur que les honneurs ». Elle se retrouve sur le blason officiel de la commune. Il s’agit de la devise de la famille Castellane-Saint-Juers, qui furent les seigneurs de Gassin.

Incendie et explosion
Lorsqu’un réservoir contient du carburant ou un liquide inflammable, ainsi que de l’air qui sera sans aucun doute présent lors du nettoyage, vous disposez de 2 des 3 éléments nécessaires à un incendie ou une explosion. Le troisième élément est une source d’inflammation qui peut se présenter sous de nombreuses formes, notamment l’électricité statique, les équipements électriques, les surfaces chaudes et les réactions exothermiques (sulfure de fer). Le combustible et l’air sont souvent inévitables, de sorte que la seule façon de s’assurer que vous n’aurez pas d’explosion est d’éliminer complètement le risque d’inflammation.

Risques chimiques
De nombreux produits chimiques toxiques sont présents à l’intérieur des réservoirs et peuvent être rencontrés lors du nettoyage. Les dangers surviennent lorsqu’ils entrent en contact avec la peau, sont inhalés ou sont ingérés accidentellement. Les effets secondaires peuvent se produire immédiatement ou à long terme, et être de courte ou de longue durée selon le produit chimique.

Risques physiques, déficience en oxygène
Les procédés de nettoyage, de dégazage, de neutralisation doivent être effectués uniquement par un spécialiste en cuve à fioul. Dans la cuve les niveaux d’oxygène peuvent descendre bien en dessous du niveau de concentration recommandé. Il faut donc le tester et porter un appareil respiratoire avant d’entrer. Dans un réservoir à haut risque, le niveau d’oxygène doit être surveillé tout au long du processus de nettoyage. Seuls les professionnels sont autorisés à réaliser le nettoyage de cuve fioul. Si une évaluation précise des risques n’est pas effectuée par un technicien expérimenté, des problèmes peuvent se poser, notamment en cas de chute d’objets, de trébuchement, de surface glissante, de blessures à la tête, etc. Ces risques sont généralement aggravés lorsque le risque d’incendie est présent, car l’éclairage artificiel doit être réduit au minimum. Une autre problématique, lorsque de l’eau où des boues sont présentes au fond d’un réservoir, les réactions allergiques et les infections par contact ou par inhalation constituent un risque élevé. Les gaz et les liquides inflammables rejetés dans l’air et toute émission dans l’eau ou le sol constituent une préoccupation environnementale importante. Les réglementations doivent être strictement respectées dans cette situation.

Le dégazage d’une cuve à fioul est une opération délicate demandant l’application de méthodes très techniques. Si vous la confiez à une personne qui n’est pas suffisamment compétente, vous augmentez les risques de survenue d’incident. Étant hautement inflammables, les gaz contenus dans le réservoir pourraient exploser suite à une fausse manipulation, ce qui mettrait en danger vos installations et la vie de l’opérateur. Ces gaz très toxiques pourraient également s’échapper et asphyxier toutes personnes se trouvant dans les parages. Clean Cuve vers Gassin est le professionnel qu’il vous faut.

Étant donné qu’ils sont souvent enterrés sous terre, il faut parfois des années aux propriétaires pour se rendre compte que leur réservoir fuit. Une citerne qui fuit peut représenter un risque majeur pour la santé et l’environnement. Il est donc important de pouvoir reconnaître les signes, tels que :

  • La consommation de carburant augmente alors que le temps n’est pas particulièrement froid
  • Il y a de la végétation morte/teintante dans la zone du réservoir
  • Vous pouvez sentir les odeurs de mazout dans la maison/qui sortent du sol
  • Si l’eau de votre puits développe un goût, une odeur ou une couleur étrange
  • Le sol de la région est plus sombre que les sols indigènes environnants
  • Il y a un reflet arc-en-ciel huileux sur l’eau sous le réservoir, dans le puisard du sous-sol, etc.
  • La zone autour du tuyau de remplissage est tachée
  • Il y a de l’eau dans les conduites de carburant

Si vous voyez l’un de ces signes, il est temps d’appeler immédiatement une entreprise spécialisée en cuve à fioul près de Gassin.

  • Avant tout, chaque propriétaire doit savoir qu’il est recommandé de faire entretenir sa cuve tous les 10 ans maximum. Le professionnel cuve fioul aux environs de Gassin vous le recommande.
  • Une cuve à fioul est soumise à la réglementation qui indique selon l’article 28 de l’arrêté du 1er juillet 2004 « fixant les règles techniques et de sécurité applicables au stockage de produits pétroliers dans les lieux non visés par la législation des installations classées ni la réglementation des établissements recevant du public » et qui précise que « tout abandon définitif (ou provisoire) d’un réservoir doit faire l’objet de dispositions conduisant à éviter tout risque de formation de vapeurs : vidange, dégazage et nettoyage ; comblement du réservoir ; ou retrait de celui-ci » et ainsi supprimer tout risque d’explosion et de pollution. Avant que la cuve à fioul puisse être retirée, il doit être mis hors service et correctement dégazé. Cela implique une vidange de la cuve et les tuyaux de tout fioul et de la nettoyer (qui inclus le dégazage) soigneusement afin d’éliminer tout le fioul et les vapeurs résiduelles. Si rien n’indique que la citerne fuit, elle est alors considérée comme apte et prête à être enlevée ou neutralisée en fonction du meilleur choix. Si vous avez récemment découvert un réservoir non étanche sur votre propriété, un professionnel peut vous aider à le déterminer.
  • Éviter des dommages de votre système de chauffage

C’est décidé, votre cuve à fioul ne vous est plus utile, il doit être retiré. Tout d’abord, il faut savoir que toutes manipulations (nettoyage, dégazage, découpe et inertage) d’une cuve à fioul sont extrêmement dangereuses. Un professionnel de la cuve à fioul est sollicité pour assurer le nettoyage, le dégazage et le découpe. L’enlèvement d’une cuve à fioul doit se faire dans les règles strictes de sécurité car il présente des risques d’incendie et d’explosion. De plus, le retrait d’une cuve à fioul à proximité de Gassin nécessite des équipements spécifiques que seuls les professionnels possèdent et savent manipuler.

Clean Cuve

Zone d'intervention

Clean Cuve intervient dans les Alpes-Maritime (06) et le Var (83) auprès des particuliers, professionnels et collectivités.

Suggestion de recherches associées

Démantèlement cuve à fioul Vinon-sur-Verdon, Citerne à fioul Gattières, Cuve à mazout Ollioules, Démantèlement cuve à fioul Saint-Raphaël, Citerne à mazout Collobrières, Test d’étanchéité réservoir à mazout Castagniers, Nettoyage cuve à fioul Vence, Test d’étanchéité réservoir à mazout Le Revest-les-Eaux, Test d’étanchéité réservoir à mazout Saint-Martin-Vésubie, Dégazage cuve à fioul Saint-Cézaire-sur-Siagne, Transfert de carburant cuve à fioul Saint-Paul-de-Vence, Test d’étanchéité réservoir à mazout Vence, Citerne à fioul Fayence, Citerne à fioul Saint-Étienne-de-Tinée, Nettoyage cuve à fioul Pourrières, Enlèvement cuve à fioul Théoule-sur-Mer, Transfert de carburant cuve à fioul Nans-les-Pins, Nettoyage cuve à fioul Besse-sur-Issole, Cuve à mazout Rians, Citerne à fioul Sainte-Agnès, Citerne à mazout Colomars, Transfert de carburant cuve à fioul Pierrefeu-du-Var, Dégazage cuve à fioul Mougins, Test d’étanchéité réservoir à mazout Saint-Étienne-de-Tinée, Neutralisation cuve à fioul Antibes, Cuve à mazout Cabris, Citerne à fioul La Londe-les-Maures, Cuve à fioul Contes, Citerne à fioul Le Broc, Vidange cuve à fioul Saint-Cyr-sur-Mer, Citerne à mazout Gonfaron, Neutralisation cuve à fioul Saint-Jean-Cap-Ferrat, Neutralisation cuve à fioul Falicon, Cuve à mazout Le Bar-sur-Loup, Démantèlement cuve à fioul Saint-André-de-la-Roche, Vidange cuve à fioul Tourves, Citerne à fioul Roquebrune-sur-Argens, Cuve à fioul Puget-Théniers, Cuve à fioul Le Luc, Enlèvement cuve à fioul Saint-Étienne-de-Tinée, Vidange cuve à fioul Tanneron, Dégazage cuve à fioul Fayence, Test d’étanchéité réservoir à mazout Toulon, Transfert de carburant cuve à fioul Châteauneuf-Grasse, Citerne à mazout Le Thoronet, Test d’étanchéité réservoir à mazout La Roquebrussanne, Citerne à mazout Solliès-Toucas, Cuve à fioul Saint-Raphaël, Citerne à mazout Hyères, Enlèvement cuve à fioul Fréjus, Citerne à mazout Sanary-sur-Mer, Citerne à mazout Ollioules, Cuve à mazout Callian, Transfert de carburant cuve à fioul Solliès-Pont, Cuve à mazout Carcès, Cuve à mazout Le Pradet, Enlèvement cuve à fioul Trans-en-Provence, Citerne à fioul Opio, Enlèvement cuve à fioul Solliès-Ville, Nettoyage cuve à fioul Drap, Dégazage cuve à fioul Le Lavandou, Cuve à mazout Levens, Neutralisation cuve à fioul Levens, Cuve à mazout Breil-sur-Roya, Démantèlement cuve à fioul La Turbie, Démantèlement cuve à fioul La Trinité, Cuve à mazout Le Plan-de-la-Tour, Citerne à fioul Taradeau, Cuve à mazout Beaulieu-sur-Mer, Dégazage cuve à fioul Callas, Vidange cuve à fioul Taradeau, Dégazage cuve à fioul Évenos, Démantèlement cuve à fioul Le Tignet, Transfert de carburant cuve à fioul Le Muy, Test d’étanchéité réservoir à mazout Falicon, Cuve à mazout Saint-Zacharie, Test d’étanchéité réservoir à mazout Flayosc, Transfert de carburant cuve à fioul Solliès-Toucas, Cuve à mazout Villefranche-sur-Mer, Enlèvement cuve à fioul Taradeau, Transfert de carburant cuve à fioul Le Lavandou, Cuve à fioul Cavalaire-sur-Mer, Nettoyage cuve à fioul Le Broc, Cuve à mazout Sainte-Anastasie-sur-Issole, Transfert de carburant cuve à fioul Néoules, Transfert de carburant cuve à fioul Berre-les-Alpes, Vidange cuve à fioul Nice, Nettoyage cuve à fioul Grasse, Citerne à fioul Cuers, Nettoyage cuve à fioul Carcès, Démantèlement cuve à fioul La Seyne-sur-Mer, Enlèvement cuve à fioul Vence, Neutralisation cuve à fioul Nice, Cuve à fioul Six-Fours-les-Plages, Cuve à fioul Antibes, Nettoyage cuve à fioul Belgentier, Vidange cuve à fioul Saint-Mandrier-sur-Mer, Citerne à mazout Beausoleil, Transfert de carburant cuve à fioul Aspremont, Cuve à fioul La Garde-Freinet, Enlèvement cuve à fioul Pégomas, Nettoyage cuve à fioul Barjols, Cuve à fioul Berre-les-Alpes, Démantèlement cuve à fioul La Roquebrussanne, Cuve à fioul Solliès-Toucas, Vidange cuve à fioul Châteauneuf-Grasse, Dégazage cuve à fioul Toulon, Démantèlement cuve à fioul La Garde-Freinet, Test d’étanchéité réservoir à mazout Le Castellet, Test d’étanchéité réservoir à mazout Le Cannet-des-Maures, Citerne à fioul Le Cannet-des-Maures, Neutralisation cuve à fioul Saint-Vallier-de-Thiey, Citerne à fioul Besse-sur-Issole, Citerne à mazout Pourrières, Cuve à mazout Le Thoronet, Citerne à fioul La Garde, Citerne à mazout La Turbie, Cuve à mazout Solliès-Ville, Vidange cuve à fioul Peille, Cuve à mazout La Gaude, Nettoyage cuve à fioul Forcalqueiret, Cuve à mazout La Roquette-sur-Siagne, Dégazage cuve à fioul Montauroux, Test d’étanchéité réservoir à mazout Ollioules, Démantèlement cuve à fioul Tende, Vidange cuve à fioul Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, Cuve à fioul La Trinité, Nettoyage cuve à fioul Le Rouret, Transfert de carburant cuve à fioul Menton, Cuve à fioul L’Escarène, Transfert de carburant cuve à fioul Signes, Démantèlement cuve à fioul Bandol, Neutralisation cuve à fioul La Crau, Vidange cuve à fioul Castagniers, Neutralisation cuve à fioul Castagniers, Dégazage cuve à fioul La Turbie, Citerne à fioul Saint-Martin-Vésubie, Démantèlement cuve à fioul Pignans, Test d’étanchéité réservoir à mazout Solliès-Ville, Dégazage cuve à fioul Roquebrune-sur-Argens, Dégazage cuve à fioul Bormes-les-Mimosas, Vidange cuve à fioul Le Revest-les-Eaux, Vidange cuve à fioul Carqueiranne, Enlèvement cuve à fioul Lantosque, Nettoyage cuve à fioul Gattières, Vidange cuve à fioul La Garde-Freinet, Cuve à fioul Pierrefeu-du-Var, Cuve à mazout Vidauban, Cuve à fioul Le Cannet, Citerne à mazout Flayosc, Vidange cuve à fioul Mouans-Sartoux, Dégazage cuve à fioul Le Pradet, Vidange cuve à fioul La Crau, Enlèvement cuve à fioul Châteauneuf-Grasse, Test d’étanchéité réservoir à mazout Flassans-sur-Issole, Vidange cuve à fioul Gorbio, Cuve à mazout Vallauris, Test d’étanchéité réservoir à mazout Saint-Tropez, Transfert de carburant cuve à fioul Pourrières, Cuve à fioul La Farlède, Cuve à mazout Draguignan, Vidange cuve à fioul Trans-en-Provence, Dégazage cuve à fioul Cagnes-sur-Mer, Test d’étanchéité réservoir à mazout Mandelieu-la-Napoule, Enlèvement cuve à fioul Six-Fours-les-Plages, Citerne à mazout Châteauneuf-Grasse, Enlèvement cuve à fioul Saint-Zacharie, Vidange cuve à fioul Saint-Cézaire-sur-Siagne, Cuve à fioul Lorgues, Test d’étanchéité réservoir à mazout Garéoult, Test d’étanchéité réservoir à mazout Callian, Cuve à mazout La Motte, Dégazage cuve à fioul Puget-Ville, Nettoyage cuve à fioul Pignans, Test d’étanchéité réservoir à mazout Le Bar-sur-Loup, Enlèvement cuve à fioul Pierrefeu-du-Var, Démantèlement cuve à fioul Pourrières, Test d’étanchéité réservoir à mazout La Gaude, Neutralisation cuve à fioul Saint-Paul-de-Vence, Cuve à mazout La Garde, Vidange cuve à fioul Saint-Tropez, Cuve à mazout Tende, Nettoyage cuve à fioul Grimaud, Vidange cuve à fioul Lorgues, Démantèlement cuve à fioul Sainte-Agnès, Citerne à mazout Biot, Transfert de carburant cuve à fioul Vinon-sur-Verdon, Démantèlement cuve à fioul Villefranche-sur-Mer, Citerne à mazout Lucéram, Citerne à mazout Cotignac, Nettoyage cuve à fioul Cotignac, Test d’étanchéité réservoir à mazout Tanneron, Test d’étanchéité réservoir à mazout Sanary-sur-Mer, Transfert de carburant cuve à fioul Le Revest-les-Eaux, Vidange cuve à fioul Sainte-Maxime, Test d’étanchéité réservoir à mazout Tourrettes-sur-Loup, Test d’étanchéité réservoir à mazout Pégomas, Vidange cuve à fioul Aups, Test d’étanchéité réservoir à mazout Breil-sur-Roya, Dégazage cuve à fioul Flassans-sur-Issole, Neutralisation cuve à fioul Saint-Tropez, Citerne à mazout Grimaud, Citerne à mazout Vence, Test d’étanchéité réservoir à mazout La Garde, Démantèlement cuve à fioul Menton, Démantèlement cuve à fioul Le Thoronet, Nettoyage cuve à fioul Ollioules, Citerne à fioul Tourves, Citerne à mazout Contes, Nettoyage cuve à fioul Peille, Enlèvement cuve à fioul Plascassier, Citerne à mazout Le Cannet, Citerne à fioul Aspremont, Démantèlement cuve à fioul La Croix-Valmer, Cuve à fioul Signes, Citerne à mazout Puget-sur-Argens, Démantèlement cuve à fioul Saint-Vallier-de-Thiey, Cuve à mazout Bandol, Enlèvement cuve à fioul La Valette-du-Var, Test d’étanchéité réservoir à mazout Barjols, Cuve à mazout Tourrette-Levens, Citerne à fioul Èze, Nettoyage cuve à fioul Saint-Martin-Vésubie, Transfert de carburant cuve à fioul Saint-Jeannet, Cuve à mazout Puget-Ville, Dégazage cuve à fioul La Farlède, Neutralisation cuve à fioul L’Escarène, Transfert de carburant cuve à fioul Le Tignet, Cuve à fioul Saint-Cyr-sur-Mer, Transfert de carburant cuve à fioul Le Broc, Enlèvement cuve à fioul La Gaude, Démantèlement cuve à fioul Cotignac, Citerne à mazout Pignans, Dégazage cuve à fioul Les Arcs, Cuve à fioul Cagnes-sur-Mer, Démantèlement cuve à fioul Nans-les-Pins, Transfert de carburant cuve à fioul Bormes-les-Mimosas, Vidange cuve à fioul Peillon, Enlèvement cuve à fioul Tanneron, Cuve à fioul Villefranche-sur-Mer, Cuve à mazout Valbonne, Citerne à fioul Montferrat, Démantèlement cuve à fioul Taradeau, Dégazage cuve à fioul Saint-Laurent-du-Var, Transfert de carburant cuve à fioul Blausasc, Enlèvement cuve à fioul La Roquebrussanne, Enlèvement cuve à fioul Le Beausset, Cuve à mazout Gilette, Dégazage cuve à fioul Saint-Étienne-de-Tinée, Citerne à fioul Pégomas, Transfert de carburant cuve à fioul Flassans-sur-Issole, Test d’étanchéité réservoir à mazout Lucéram, Dégazage cuve à fioul La Gaude, Vidange cuve à fioul Solliès-Ville, Citerne à fioul Châteauneuf-Grasse, Neutralisation cuve à fioul Sainte-Agnès, Transfert de carburant cuve à fioul La Farlède, Vidange cuve à fioul Six-Fours-les-Plages, Cuve à fioul Le Muy, Vidange cuve à fioul Puget-Théniers, Nettoyage cuve à fioul Saint-Mandrier-sur-Mer, Cuve à mazout Biot, Enlèvement cuve à fioul La Farlède, Test d’étanchéité réservoir à mazout Lantosque, Transfert de carburant cuve à fioul Lantosque, Cuve à mazout Bormes-les-Mimosas, Neutralisation cuve à fioul Pignans, Vidange cuve à fioul Le Lavandou, Cuve à mazout Mougins, Enlèvement cuve à fioul Le Val, Cuve à mazout Ramatuelle, Citerne à fioul Saint-Cézaire-sur-Siagne, Démantèlement cuve à fioul Plascassier, Vidange cuve à fioul Besse-sur-Issole, Citerne à mazout Bormes-les-Mimosas, Vidange cuve à fioul Sainte-Agnès, Citerne à mazout Taradeau, Citerne à fioul La Valette-du-Var, Transfert de carburant cuve à fioul Gorbio, Test d’étanchéité réservoir à mazout L’Escarène, Neutralisation cuve à fioul Blausasc, Nettoyage cuve à fioul Saint-Cézaire-sur-Siagne, Cuve à fioul Nice