Les spécialistes Cuve à fioul à proximité de Antibes

Une urgence ?

Des questions ?

Appel gratuit depuis un fixe ou un mobile

Besoin d’un spécialiste pouvant intervenir en urgence sur une cuve à fioul à proximité de Antibes ou ses environs ? Besoin d’un professionnel pouvant assurer un service rapide, efficace et sans incident ? Vous êtes sur le bon site. Sur Antibes, notre entreprise Clean Cuve vous propose une multitude de services professionnels relative à la cuve à fioul. En voici quelques-uns : dégazage, vidange, nettoyage, neutralisation, enlèvement, neutralisation, démantèlement, etc. Vous pouvez nous appeler dès aujourd’hui même. Après notre entretien téléphonique, nous enverrons immédiatement nos agents sur votre propriété pour évaluer l’ampleur des travaux à effectuer. Profitez d’un devis gratuit et d’un service de bonne qualité ainsi qu’une assistance régulière en cas de souci avec votre équipement. Besoin d’un professionnel compétent pour s’occuper de votre cuve à fioul à proximité de Antibes ? Besoin d’une entreprise pouvant assurer un service rapide, de qualité irréprochable à un prix abordable ? Ne cherchez plus ailleurs, car Clean Cuve répond à tous ces critères. Antibes et ses environs font partie de notre zone d’intervention. Clean Cuve.fr, c’est avant tout une équipe d’expert qui maitrise parfaitement tout type d’opérations à réaliser sur les cuves à fioul. De nombreux particuliers ou sociétés font appel à nous pour des services comme le dégazage, le nettoyage, l’entretien, la vidange, l’enlèvement, la découpe, la neutralisation, le transfert de carburant ou le test d’étanchéité de leur réservoir à mazout. Ces clients nous ont choisis, car ils ont entendu parler de notre professionnalisme et de la bonne qualité des services que nous fournissons.

Cuve à fioul Antibes
Animated bubbles

Nettoyage et entretien de votre cuve fioul à Antibes

Une fuite dans la cuve à fioul peut entraîner l’évacuation de produits chimiques dangereux dans l’air. Une fois identifiée, une action rapide est nécessaire. S’il y a des fuites, elles doivent être traitées avec la plus grande urgence. En portant des équipements de protection individuelle, les professionnels de cuve à fioul Antibes assurent la sécurité de tous. Pendant la phase de dégazage, les vapeurs du réservoir doivent être aspirées et acheminées vers un camion spécialisé. Le processus de dégazage garantit non seulement que la cuve est ventilée d’une manière sûre qui préserve son intégrité, mais aussi que l’impact sur l’environnement est acceptable. Nos experts sont capables d’effectuer des dégazages urgents et de secours sans sacrifier la qualité ou la sécurité. La société spécialisée en cuve fioul Antibes mobilise des équipements de taille appropriée et un personnel correctement formé pour mener à bien les projets dans les meilleurs délais et en toute sécurité. Il est essentiel que les travailleurs soient toujours vigilants quant aux risques potentiels. Avant d’évacuer des gaz, il convient de procéder à une inspection approfondie et les spécialistes doivent préparer un plan d’action détaillé pour faire face à tout danger qui pourrait en découler. Une bonne stratégie favorise la rapidité tout en respectant les protocoles et les procédures de sécurité. Si vous avez des questions sur le dégazage de votre cuve à fioul, contactez les experts en cuve à fioul sur Antibes.

Retrait de votre cuve à fioul aux environs de Antibes

C’est décidé, votre cuve à fioul ne vous est plus utile, il doit être retiré. Tout d’abord, il faut savoir que toutes manipulations (nettoyage, dégazage, découpe et inertage) d’une cuve à fioul sont extrêmement dangereuses. Un professionnel de la cuve à fioul est sollicité pour assurer le nettoyage, le dégazage et le découpe. L’enlèvement d’une cuve à fioul doit se faire dans les règles strictes de sécurité car il présente des risques d’incendie et d’explosion. De plus, le retrait d’une cuve à fioul Antibes nécessite des équipements spécifiques que seuls les professionnels possèdent et savent manipuler.

Vous avez une urgence
qui ne peut attendre ?

Vous avez des questions
sur nos prestations ?

Appel gratuit depuis fixe
et mobile

Vous préférez nous contacter en nous envoyant un mail ?

Les services Cuve à fioul que nous proposons

  • Nettoyage et de vérification de votre cuve à fioul près de Antibes
  • Dégazage
  • Vidange
  • Pompage de la boue hydrocarbures
  • Neutralisation au sable/à l’eau
  • Démantèlement
  • Reconversion
  • Enlèvement ou découpage
  • Tests d’étanchéité
  • Pompage et stockage dans camion ADR
  • Évacuation des déchets en centre de traitement agréé
Animated bubbles
Cuve à fioul Antibes
Animated bubbles

Antibes une ville, une histoire

Cuve à fioul Antibes

Antibes (/ɑ̃.tib/) est une commune française de l'aire urbaine de Nice située dans le département des Alpes-Maritimes en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Antibes est, en 2017, la troisième ville la plus peuplée du département, après Nice et Cannes.

Antibes est située au bord de la Méditerranée.

Antibes est situé à 205 km à l'est de Marseille (chef-lieu de région), 23 km au sud-ouest de Nice (chef-lieu de département), 15 km au sud-est de Grasse (chef-lieu d'arrondissement) et environ 10 km à l'est de Cannes. Sa population la place en troisième position du département des Alpes-Maritimes.

La ville se situe au nord du cap d'Antibes avec une façade maritime tournée vers la baie des Anges et Nice bien visible à l'est. L'Est du Cap offre des plages de sable, appelées la Garoupe. Plus proches du centre-ville, la Salis, le Ponteil, et enfin la plage de la Gravette, nichée au pied des remparts. Au-delà du Fort Carré, s'étend jusqu'à Villeneuve-Loubet, la plage de galets du Fort. À l'ouest de ce cap, Juan-les-Pins, station balnéaire rattachée administrativement à Antibes, présente des plages de sable blond orientées plein Sud et une vue sur les îles de Lérins. Ce quartier balnéaire se prolonge vers l'Ouest jusqu'aux plages et port de Golfe Juan.

La Brague se jette dans la Méditerranée sur le territoire de la commune d'Antibes.

Antibes 06600

La ville dispose d'un climat méditerranéen marqué par la douceur de ses hivers et la chaleur de ses étés ensoleillés. Les pluies brutales et courtes se produisent le reste de l'année.

En hiver, les chutes de neige sont exceptionnelles, mais pas impossibles. Le la ville s’est réveillée sous 15 cm de grêle et de neige roulée tombée dans la nuit, à l'occasion d'un phénomène très local.

Antibes a donné son nom antique, Antipolis, à une importante zone d'activités, Sophia Antipolis, située dans ses environs (sur cinq communes: Antibes, Biot, Mougins, Valbonne et Vallauris), où sont regroupées des entreprises de recherche et développement dans le domaine des nouvelles technologies. Depuis l'adoption de la loi Alur par décret (n 2013-392 du ), la commune d'Antibes est l'une des 60 communes des Alpes-Maritimes catégorisées en zone tendue[3].

Les principales voies rapides sont :

Le réseau urbain de transport antibois a été créé en 1952 par Joseph Baptistin Coutellier et sa famille et a fonctionné jusqu'en 1990 en exploitation indépendante et privée en « risque et périls » sans aucune aide financière locale.

Les itinéraires des lignes sont restés inchangés jusqu'en 2003 et ont été modifiés avec l'apparition de l'intercommunalité et le réseau Envibus.

Depuis, les transports en commun sont assurés par la société Envibus sur le territoire de la CASA et par la TAM sur l'ensemble du département de Alpes-Maritimes.

Grâce à une urbanisation linéaire et continue, les habitants de l'aire urbaine de Nice (973 231 habitants) domiciliés non loin du tracé de la voie peuvent accéder au réseau TER Provence-Alpes-Côte d'Azur. La ligne principale étant la ligne 4 Mandelieu-la-Napoule - Vintimille desservant vingt-neuf gares dont les principales sont Cannes, Antibes, Cagnes-sur-Mer, Nice Saint-Augustin, Nice-Ville, Nice-Riquier, Monaco, Menton et Vintimille.

Non cadencée, cette ligne est saturée, les trains devant souvent refuser des voyageurs malgré les TER à deux niveaux. En une troisième voie est inaugurée entre Antibes et Cagnes-sur-Mer afin d'assurer un service de type RER cadencé au quart d'heure avec deux liaisons semi-directes intercalées à chaque heure. La gare d'Antibes assure aussi des liaisons avec les autres métropoles françaises et les principales capitales européennes avec le TGV.

En 2013, la mairie d'Antibes a décidé la construction un bus-tram. Pour faire face à l'évolution prévisible et préoccupante des besoins en déplacements, la Communauté d'agglomération Sophia Antipolis (CASA) lance son projet de bus à haut niveau de service (BHNS), dénommé bus-tram. Destiné à modifier en profondeur l'organisation des déplacements et à répondre aux défis du développement durable, ce bus-tram assure une desserte de proximité régulière entre le pôle d'échanges d'Antibes et Sophia-Antipolis. Afin qu'il ne soit pas impacté par les aléas de la circulation, une voie dédiée est aménagée du pôle d'échange d'Antibes aux Trois Moulins, puis vers le nord, en direction du quartier Saint-Philippe à Biot et vers l'ouest, en direction de la future zone d'activités des Clausonnes à Valbonne.

Peu après son inauguration, un accident dû au verglas fait une vingtaine de blessés le 13 janvier 2020. Le service est alors temporairement arrêté.

Antibes est essentiellement desservie par l'aéroport de Nice-Côte d'Azur. La Société des Aéroports de la Côte d'Azur gère également l'aéroport de Cannes - Mandelieu, les deux étant situés à 16 km de la mairie d'Antibes.

L'aéroport de Nice rapproche la ville du monde entier, puisque l'essentiel de l'Europe, du Maghreb, de l'Amérique ainsi que le Moyen-Orient est relié à la capitale de la Côte d'Azur par des liaisons quotidiennes.

Avec 11,2 millions de passagers en 2012, la plate-forme aéroportuaire de Nice se hisse à la troisième place des aéroports français en nombre de voyageurs, après ceux de Paris. NCE est le code AITA de l'aéroport de Nice-Côte d'Azur.
LFMN est le code OACI de ce même aéroport.

D'après les travaux anciens, Antibes aurait été fondée au V siècle av. J.-C. ou au IVe siècle av. J.-C. par des Phocéens de Marseille, lesquels, selon le géographe Victor Adolphe Malte-Brun, lui auraient donné son nom, Antipolis (la ville d'en face en langue grecque), en raison de sa « situation sur la côte en face de Nice ». Cette interprétation est erronée dans la mesure où Antipolis a été fondée avant Nikaia. D'après Paul Mejan, qui s'appuie sur les textes du II siècle de Scymnos de Chio et de Scylas[Qui ?], ce nom signifierait « ville sur la côte en face de la Corse », les Phocéens étant censés avoir emprunté une voie maritime passant par la Corse pour parvenir sur le littoral provençal. Cette hypothèse ne semble pas plus vraisemblable que la précédente.

Le nom de la ville est Antíbol en occitan et Antibo en provençal selon la norme mistralienne. Son gentilé est antibolenc en ocitan et antiboulen en provençal.

Des traces d'occupation remontant au premier âge du fer ont été identifiées dans les secteurs du château et de la cathédrale. Sous la chapelle Saint-Esprit ont été mis au jour les restes d'habitat en terre crue. Le rocher d'Antibes semble indéniablement être à cette période le siège d'une communauté indigène entretenant des liens avec les populations méditerranéennes, notamment les Étrusques, comme le montre la présence de nombreuses amphores et de l'épave de la Love au large d'Antibes[11]. Cependant, c'est avec le monde grec, par l'intermédiaire des Phocéens de Marseille, que les échanges restent les plus importants.

Les recherches actuelles semblent montrer que la fondation d'Antipolis est relativement tardive.
Elle s'inscrit dans le contexte du redéploiement colonial de Marseille (à partir du iv siècle av. J.-C. qui cherche à assurer ses routes commerciales le long des côtes en installant des places fortes, comme Olbia à Hyères, ou des comptoirs, comme Antipolis et un peu plus tard Nikaia (Nice).

Lors de l’extension de la ZAC (zone d'aménagement concerté) du Bas-Lauvert, une fouille préventive a été menée, non loin du cœur de l’antique agglomération d’Antipolis où l'on a découvert un établissement agricole romain daté du I siècle avant notre ère[12].

L'emplacement exact de la ville grecque est mal connu. Compte tenu des pratiques coloniales grecques, il est probable qu'elle ait été implantée au pied du rocher d'Antibes, sous la vieille ville actuelle. Des traces d'occupation d'époque hellénistique ont été identifiées autour du château et de l'église paroissiale (ancienne cathédrale)[14], rue du Bateau, sous le cours Masséna et dans le jardin du Presbytère, rue de la République notamment. Le mobilier mis au jour durant toutes ces fouilles montre la prépondérance de produits importés de la région de Marseille, associés à des céramiques campaniennes et des céramiques indigènes.

Au début du ii siècle av. J.-C.)[pourquoi ?], les tribus ligures de la région, les Déciates et les Oxybiens, lancent des attaques répétées contre Antipolis et Nikaïa. Les Grecs de Marseille font appel à Rome, comme ils l'avaient déjà fait quelques années plus tôt contre la fédération des Salyens. En , le consul Quintus Opimius défait les Décéates et les Oxybiens et prend Aegythna, oppidum des Déciates. Malgré toutes les hypothèses émises depuis plus d'un siècle par les érudits locaux, on ne connaît ni le lieu de la bataille de ni le site d'Aegythna.

Les territoires « conquis » par les Romains sur les populations indigènes sont donnés aux Phocéens et administrés par l'intermédiaire de ses colonies, Antipolis et Nikaïa jusqu'en En effet, Marseille ayant pris le parti de Pompée, César victorieux lui enlève ses colonies.

À la suite de la prise de Marseille, Antipolis (à la différence de Nikaïa) est détachée de sa métropole, Marseille. Sous l'administration de Lépide, Antipolis accède au statut de communauté autonome, probablement dès , puis, un peu plus tard sous Lépide ou Auguste, à celui de cité (civitas) de droit latin et est intégrée à la province de Gaule narbonnaise. De minuscules monnaies de bronze sont émises à Antibes au nom de Lépide. Elles présentent sur une face la tête d'Athéna et au revers une allégorie de la Victoire avec les légendes LEPI pour Lépide, et ANT, ou ANTI, pour Antipolis[17].

L'octroi du droit latin à Antipolis signifie l'accès des élites ou des notables locaux chargés de l'administration de la cité à la citoyenneté romaine quelle que soit leur origine, Grecs de Marseille ou indigènes celtes ou ligures. S'y agrège en outre une part de citoyens italiens ou originaires d'autres provinces.
L'épigraphie rend compte d'une rapide imposition du latin comme langue officielle dans le territoire d'Antipolis dès l'époque d'Auguste. La quasi-totalité des noms de personnes et de divinités gravés dans la pierre sont de consonance latine. Ceci ne signifie pas le remplacement des Grecs et des indigènes par des Italiens ou des Romains, mais la fusion des populations et l'adoption de noms latins et de la culture romaine.

On connaît tout aussi mal la ville romaine que la ville grecque en l'absence de travaux de grande ampleur. On peut toutefois envisager une extension un peu plus importante qu'à l'époque hellénistique et à peu près équivalente à celle de la ville moderne. En effet, lors de la destruction de l'enceinte Vauban à la fin du XIX siècle, on a découvert des sépultures du Ier siècle au niveau du bastion Saint-André et de la rampe des Saleurs, des sépultures du II siècle au Ve siècle depuis la rive occidentale du port et autour de la chapelle Saint-Roch jusqu'au fort Carré, depuis la gare jusqu'aux Châtaigniers.

L'extension des nécropoles donne, en négatif, les limites de l'urbanisation antique d'Antipolis. Elle montre, en outre, la vitalité de la cité jusqu'au V siècle, au plus tôt[18].

La rade d'Antibes a attiré les Grecs au V siècle av. J.-C., entre le site actuel du Fort Carré et le site de la vieille ville. Le littoral antique a été modifié, sous l'effet de l'action du Var, de la Brague et des courants côtiers. Il subsistait, à côté de la chapelle Saint-Roch, un monument maçonné antique appelé Table Saint-Roch dont les recherches sous-marines ont montré qu'il était placé à côté d'éléments d'un quai romain. Il était mis dans l'axe du chenal d'entrée du port. Les céramiques trouvées au cours des recherches, faites en 1970 ont permis de dater les constructions du IIe siècle.

Antipolis se pare de tous les monuments constitutifs d'une ville de l'époque romaine.

La cité est alimentée en eau par deux aqueducs :

Comme la plupart des villes romaines, Antipolis possédait les indispensables bâtiments de spectacles et divertissements. Un théâtre romain est attesté par la stèle funéraire de l'enfant Septentrion. L'inscription indique, de façon explicite, qu'il dansa et fut très apprécié sur la scène du théâtre d'Antipolis. Le théâtre était situé, comme l'amphithéâtre, entre la rue de la République et la rue de Fersen, près de la Porte Royale[25]. Le mur de fond étant sensiblement positionné à côté de la rue Fourmillère. Un mur rayonnant des gradins a été trouvé, du côté droit de la gare des autobus. Un plan du théâtre, dressé dans la seconde moitié du XVI siècle est conservé dans la Bibliothèque nationale Marciana de Venise.

Les restes de l'amphithéâtre étaient encore visibles la fin du XVII siècle lors de la restructuration des fortifications de la ville d'Antibes[26][27]. Des tracés font apparaître des ovales concentriques pouvant être des restes de l'amphithéâtre. Ils étaient encore visibles dans de nombreux plans du XVII siècle et dans le plan cadastral d'Antibes du début du XIXe siècle. Ces restes sont aujourd'hui recouverts par le Collège de Fersen.

Quelques fouilles dans la vieille-ville ont permis la mise au jour de structures d'habitat bien conservées et montrant un certain luxe. Parmi elles, les plus monumentales sont celles du jardin du presbytère de la rue Clemenceau. Celles-ci montrent un plan comparable à celui des domus gallo-romaines telles que celles de Saint-Romain-en-Gal. De vastes pièces au sol de mosaïque s'organisent autour d'une cour intérieure possédant une fontaine de marbre. L'ensemble du mobilier permet une datation de la fin du III siècle, bien qu'un état de la fin de l'époque hellénistique ou de la fin de la République romaine ait été identifié[28].
Une autre demeure pavée de porphyre et de pierre verte semble aussi avoir été fouillée rue des Palmiers et rue de la Blancherie. Le mobilier conservé au musée d'archéologie d'Antibes semble indiquer une occupation principale entre l'époque d'Auguste et le IV siècle pour la première et du IIe siècle au IV siècle pour la seconde. On doit noter que le mobilier de la fin de l'époque hellénistique ou de la fin de la République romaine est présent sur les deux sites.

Antibes fut le siège d’un évêché depuis le V siècle jusqu'en 1244, date à laquelle le siège épiscopal fut transféré à Grasse. Les fouilles sous la chapelle Saint-Esprit ont permis d'identifier une église paléochrétienne remontant au Ve siècle. D'après la croyance populaire, la cathédrale d'Antibes a été construite sur les fondations d'un temple consacré à Diane et à Minerve. Le premier évêque a été saint Armentaire, nommé par le pape saint Léon le Grand, en 442. Il a construit la première cathédrale qu'il a consacrée à la Vierge Marie. Elle semble avoir subi de nombreux remaniements jusqu'à l'époque carolingienne. La cathédrale a été reconstruite en 1124 après les incursions barbaresques. Le bâtiment actuel a été totalement reconstruit au XVI siècle[10], puis en 1746, après le bombardement de la ville pendant la guerre de Succession d'Autriche. Louis XV a financé la construction de la façade qui a été modifiée au XIX siècle[29].

C'est du Bas-Empire que l'on date habituellement la muraille qui sépare le sommet du rocher d'Antibes du reste de la Vieille-ville, ainsi que la porte encadrée de deux tours cours Masséna, la porte de l'Orme. On ne peut, pour autant, conclure à une contraction de l'habitat urbain. En effet, les différentes fouilles dans la vieille-ville ont livré d'importantes quantités de mobilier de l'Antiquité tardive. C'est notamment le cas de la domus du jardin du presbytère de la rue Clemenceau qui semble occupée jusqu'au Ve siècle, au plus tôt, ainsi que celles de la rue des Palmiers et de la rue de la Blancherie.

Malgré la présence de quelques sépultures tardives isolées mises au jour dans le centre-ville, près du cours Masséna ou dans le jardin du presbytère, l'espace sépulcral privilégié autour du port continue de s'étendre autour de la chapelle Saint-Roch, comme l'ont montré les fouilles des années 1950. La présence de caveaux riches en mobilier et d'une sépulture contenant un coutelas autour de la cathédrale est à mettre en relation avec les pratiques funéraires paléochrétiennes : les morts ne sont plus rejetés hors du monde des vivants, mais enterrés au plus près des lieux sacrés autour desquels se regroupe aussi l'habitat.

On connaît assez peu de choses sur l'économie d’Antipolis durant l'époque grecque. La fondation de cette agglomération a certainement eu plus de raisons militaires (protéger les routes commerciales de Marseille) que coloniales. Il n'empêche qu’Antipolis a pu jouer un rôle certain dans la diffusion des productions des Grecs de Marseille ou des produits transportés par leurs navires. Cette fonction commerciale semble d'ailleurs précéder la fondation même d'Antipolis.

En effet, les différentes fouilles effectuées dans les secteurs du château Grimaldi, de la chapelle Saint-Esprit et de la cathédrale, dans des contextes indigènes, ont livré la plus importante collection de céramiques importées du VI siècle av. J.-C. au IIIe siècle av. J.-C. de la région (amphores étrusques, amphores de Marseille, céramiques grecques archaïques, céramiques attiques...). Ces produits se retrouvent dans des quantités extrêmement faibles sur les autres sites indigènes.

Des dragages effectués dans l'anse Saint-Roch dans les années 1960 et lors de la construction du port Vauban dans les années 1980[31] ont permis de vérifier la présence de plusieurs épaves et dépotoirs sous-marins. Ceux-ci montrent une activité intense depuis l'époque grecque jusqu'à l'Antiquité tardive. Les importations de cette dernière période sont particulièrement importantes, comme le montrent les collections conservées au Musée d'Archéologie d'Antibes. Elles sont essentiellement représentées par des amphores, des céramiques sigillées claires et des céramiques communes provenant de l'Afrique romaine.

Pline cite Antipolis comme l'un des lieux de production de saumures réputés de l'Empire :

Scombros et Mauretania Baeticaeque etiam Carteia ex oceano intrantes capiunt, ad nihil aliud utiles. Laudantur et Clazomenae garo Pompeique et Leptis, sicut muria Antipolis ac Thurii, iam vero et Dalmatia.

(On pêche les maquereaux uniquement pour la fabrication du garum lorsqu’ils arrivent du large en Maurétanie et à Cardeia de Bétique [Gadès]. Sont également réputés pour leur garum Clazomènes, Pompéi et Leptis, de même qu’Antibes et Thurii pour leur saumure, ainsi que désormais la Dalmatie).

Des amphores portant des inscriptions attestant l'origine d'une saumure antipolitaine et la qualité du produit sont conservées à Londres.

Cette industrie semble avoir laissé des traces archéologiques dans le sous-sol d'Antibes. Dans les années 1960-1970 on pouvait encore noter la présence de structures au fond de l'anse Saint-Roch interprétées comme des bassins de macération des poissons.
Rue d'Aguillon, on a pu observer une série de cuves qui paraissent appartenir à une importante conserverie. Des parallèles ont pu être établis avec les conserveries ou ateliers d'Afrique du Nord[33].

Pour remercier les participants à la lutte contre les Sarrasins, le comte de Provence a partagé les fiefs conquis entre eux. Rodoard a reçu la moitié du diocèse d'Antibes, vers 960. Il est le fondateur de la maison de Grasse. En 993, il est qualifié de comte d'Antibes. Jusqu'autour de 1100, l'évêché d'Antibes est tenu par un membre de la famille de Grasse. Vers 1100, Manfroi Grimaldi est élu évêque d'Antibes, ce qui va créer un conflit entre les deux pouvoirs. En 1124 la cathédrale d'Antibes est incendiée par les Sarrasins obligeant l'évêque à se réfugier à Grasse. Le comte de Provence Raimond-Béranger fit un don important pour reconstruire la cathédrale. Entre 1155 et 1181, les évêques d'Antibes ont obtenu, avec l'accord du comte de Provence Raimond-Bérenger III (ou IV), la suzeraineté sur tous les biens tenus par la famille de Grasse. Les deux tours d'Antibes (tour-refuge qui sert de clocher et tour du château) ont été construites vers 1213. La branche aînée de la famille de Grasse est restée co-seigneur d'Antibes jusqu'à l'achat de ce qu'elle possédait à Antibes par l'évêque d'Antibes Bertrand d'Aix. Restée fidèle aux comtes de Provence en 1388, la maison de Grasse a perdu les biens qu'elle possédait dans le comté de Nice.

Bertrand d'Aix, évêque d'Antibes entre 1217 et 1244(?), acheta tous les biens que la maison de Grasse possédait encore à Antibes. Il se fait céder ensuite la seigneurie par les comtes de Provence pour 30 000 sols raymondins, en 1238. C'est le 19 juillet 1244 que l'évêché d'Antibes est transféré à Grasse à cause des incursions des pirates. Les évêques de Grasse ont conservé les juridictions spirituelle et temporelle jusqu'à l'époque du pape d'Avignon Clément VII. Le pape d'Avignon s'est emparé de la ville d'Antibes pour punir l'évêque de Grasse, Thomas de Gerente, de s'être prononcé en faveur du pape Urbain VI.

Arrivent les Grimaldi, famille génoise alliée des Angevins et qui était de ce fait très présente en Provence orientale. Parmi ceux-ci, Luc et Marc Grimaldi, fils d'Antoine. Le pape d'Avignon Clément VII en a confié le gouvernement, le 26 mai 1384, à Marc et Luc de Grimaldi, de Gênes. Le 26 janvier 1385, Clément VII donna la seigneurie d'Antibes à Antoniotto Adorno, doge de Gênes, pour le récompenser de services et à condition qu'il la tienne pour le pape et ne reconnaisse pas Urbain VI. Mais n'ayant pas tenu cette dernière condition, Clément VII lui retire Antibes et la donne à la chambre apostolique en novembre 1385. Luc et Marc Grimaldi prêtèrent 5 000 florins d'or de la monnaie de Gênes à la chambre apostolique, le pape leur assigna les revenus de la seigneurie d'Antibes jusqu'au remboursement, en novembre 1386. Marie de Blois a confirmé cette cession par lettres patentes, le 31 décembre 1386, Clément VII ayant eu à trois reprises 5 000 florins. N'ayant pu rembourser ces fonds le Pape d'Avignon, les frères Grimaldi reçurent le fief d'Antibes - le plus beau port de la région. Jacques Grailleri, élu évêque de Grasse mais ayant pris le parti d'Urbain VI, Marie de Blois le déclara déchu de ses droits sur la ville d'Antibes en janvier 1392. Louis II d'Anjou confirma par lettres patentes le 13 novembre 1399 l'engagement de Clément VII de la ville d'Antibes à Marc et Luc de Grimaldi et des privilèges accordés par les reines Jeanne et Marie. Le pape Jean XXIII confirma par une bulle le 20 octobre 1413 l'accord passé avec Clément VII. Il permit aux Grimaldi d'élire un ecclésiastique ayant la même juridiction dans la ville que l'évêque de Grasse. Les évêques de Grasse protestèrent contre cette usurpation de leurs droits d'abord avec succès, mais le pape Eugène IV cassa la sentence le 3 décembre 1439, sous la réserve que les seigneurs d'Antibes paient chaque année 50 ducats d'or à l'évêque de Grasse[37].

La reine Jeanne I de Naples, comtesse de Provence, n'ayant pas eu d'enfant, choisit successivement comme héritiers Charles de Duras puis Louis Ier d'Anjou. Après la mort de la reine Jeanne, tuée en 1381 par Charles de Duras, le conflit entre les héritiers va entraîner une scission du comté de Provence. L'ambition de la famille Grimaldi de Bueil va les rapprocher de Ladislas d'Anjou-Durazzo qui nomme Jean Grimaldi de Bueil sénéchal de Provence en 1387. Ce dernier, avec son frère Ludovic, va négocier avec Amédée VII, comte de Savoie, la dédition de Nice en 1388. La partie à l'ouest du Var reconnaît en 1387 Louis II d'Anjou comme comte de Provence. Après le renouvellement de l'hommage de Nice au comte de Savoie, en 1391, une frontière s'est mise en place le long du Var séparant le comté de Provence des nouvelles terres de Provence qui ne s'appellent pas encore comté de Nice. Par testament Charles V d'Anjou, comte de Provence depuis la mort de René d'Anjou, sans héritier direct, donne le comté de Provence au roi de France Louis XI qui en prend possession en 1482. Sur la mer Méditerranée, la frontière du royaume de France est alors déplacée le long du Var. Antibes devient une ville frontière du royaume et va en suivre les péripéties militaires.

Au XVI siècle, l'affrontement entre les rois de France, à partir de François Ier, et les Habsbourg va amener l'invasion de la Provence. Sous François I, elle est envahie à deux reprises par les troupes de Charles Quint , en 1524 et en 1536. La faiblesse des défenses va nécessiter de développer les fortifications de la ville avec la construction du fort Carré. Pendant les guerres de religion en Provence, le duc de Savoie Charles-Emmanuel Ier l'envahit, avec l'appui des ligueurs du parlement d'Aix, entre le 14 septembre 1590 et le 30 mars 1592. Puis Henri IV entreprit de fortifier la ville. À partir de 1603 les remparts bastionnés de la ville ont été construits sur les plans des ingénieurs du roi en Provence de la famille de Bonnefons, Raymond, mort en 1607, puis son fils Jean, enfin son petit-fils Pierre[39][40].

Henri IV a racheté la ville en 1608 aux Grimaldi d'Antibes pour le prix de 250 000 florins. Le premier président du parlement d'Aix, Guillaume du Vair en prit possession pour le roi. Les Grimaldi s'installèrent alors au château de Cagnes jusqu'à la Révolution française. Cette branche est aujourd'hui éteinte, cependant un rameau collatéral, les Grimaldi de Puget, lui survit.

En 1648 commencent les travaux de construction de la jetée et du chenal du vieux port. Ils sont complétés par la construction du bastion du port du côté est en 1652. En 1681, à la suite d'une proposition d'Antoine (de) Niquet, Vauban, à la demande de Colbert, fait des propositions pour l'entretien du port qui s'ensable. Vauban visite les places fortes de Provence en 1682. En 1690 des travaux sont commandés pour la réfection de la tour de surveillance de la côte qui se trouve à Notre-Dame de la Garde au cap d'Antibes. Vauban est de nouveau à Antibes en 1693 où il étudie avec Niquet un projet d'amélioration des fortifications. En 1703, Vauban fait un dernier projet de fortification pour Antibes reliant les remparts de la ville au fort Carré, projet non exécuté.

La juridiction épiscopale a été rendue à l'évêque de Grasse par arrêt du conseil du . Le vicaire apostolique a été supprimé.

En 1746-1747, durant la guerre de Succession d'Autriche Antibes est assiégée par les troupes austo-sardes.

Louis d'Aguillon restaure en 1784 l'aqueduc romain de Font Vieille pour alimenter la ville en eau.

Le 1 mars 1815 Napoléon Ier quitte l'Île d'Elbe où il était en exil et doit débarquer à Golfe Juan, devant le refus d'Antibes de le laisser accoster.
Il espère que la garnison d'Antibes va se soulever contre Louis XVIII. Il envoie alors quelques hommes menés par le capitaine Lamouret pour aider les Antibois au soulèvement. Mais ceux-ci restent fidèles à leur roi, arrêtent l'avant-garde et l'emprisonnent dans la chapelle Saint-Esprit et dans les anciennes loges maçonniques rue des Casemates. Cette fidélité vaudra à Antibes que le roi Louis XVIII lui rende son statut de bonne ville en 1821, fidélité qui est rappelée sur son blason « Fidei Servandae Exemplum 1815 ».

En 1866 se forma la Légion d’Antibes sous les ordres de Charles d'Argy.

D'après le géographe Victor Adolphe Malte-Brun, la fin du XIX siècle, la ville était peuplée de 6 752 habitants. L'économie était principalement agricole : jardins, vignes, vergers, en premier lieu, tournée vers la culture du tabac, mais aussi de l'olivier, du mûrier (pour la soie), de l'oranger et des fleurs et plantes odoriférantes.

Les activités commerciales concernaient le bois, le textile, les poissons salés, les vins, la parfumerie, l'huile d'olive, les oranges, les fruits.

Il citait quelques rares activités industrielles comme la production d'huile d'olive, la distillerie d'essences de fleurs, la fabrication de vermicelles et de pâtes alimentaires, la céramique, les salaisons et les articles de marine.

Le port recevait annuellement 50 à 60 navires, et son cabotage était de 150 à 200 navires jaugeant 7 000 à 8 500 tonneaux.

Le port a reçu pendant un temps des pétroliers qui accostaient au bout de la jetée du vieux port, après le chantier naval. Le carburant était transporté par un oléoduc longeant l'anse Saint-Roch jusqu'aux citernes située entre la route et la voie ferrée, en face du Fort Carré dans un espace appelé d'ailleurs encore aujourd'hui « ZAC des Pétroliers ».

Le démantèlement des fortifications d'Antibes commença au cours du XIX siècle, parallèlement à une urbanisation croissante en direction de l'intérieur des terres et du cap d'Antibes. Dans le même temps se créait, en 1882, la station balnéaire de Juan-les-Pins.

Antibes reste toutefois une ville de garnison. En 1906 elle accueille encore le 112 régiment d’infanterie et le 7e bataillon de chasseurs alpins.

Pendant la Seconde Guerre mondiale le fort Carré servit de centre de rassemblement des étrangers.

Ces dernières décennies Antibes a connu une nouvelle dynamique de développement grâce à l'implantation à proximité de la technopole de Sophia Antipolis.

Unités ayant été stationnées à Antibes :

De même que l'ensemble de l'arrondissement de Grasse, Antibes a été détachée du département du Var en 1860, pour former avec le comté de Nice (cédé à la France par le roi de Sardaigne au cours de l'unification italienne) le département des Alpes-Maritimes : ceci explique pourquoi le département du Var est le seul département français portant le nom d'un cours d'eau qui ne le traverse pas.

La commune d’Antibes est, en 2016, la troisième ville du département par sa population.

Antibes est divisée en trois cantons, mais n'est le chef-lieu que des deux premiers :

Antibes est constitutive, de même que huit autres communes, mais aussi le département, la région et l'État, du parc de Sophia Antipolis, créé en 1969, qui groupe 1 227 raisons sociales et 24 550 emplois directs répartis sur 2 300 hectares de zones d'activités.

Par ailleurs, sans rapport direct ni relation structurelle avec le parc, 16 communes de l'arrondissement ont créé, en , la communauté d'agglomération Sophia Antipolis (CASA).

Les habitants sont appelés les Antibois.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans,

En 2019, la commune comptait 73 438 habitants, en diminution de 2,67 % par rapport à 2013 (Alpes-Maritimes : +1,25 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

La population de la commune est relativement âgée.
En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 29 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 32,6 % la même année, alors qu'il est de 30,6 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 34 095 hommes pour 38 820 femmes, soit un taux de 53,24 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (52,72 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Juan-les-Pins entre dans la grande histoire du jazz le 7 juillet 1960, date de l'inauguration du « Premier Festival européen du Jazz ».
Cet évènement fut créé par Jacques Souplet en collaboration avec Jacques Hebey.
Cette manifestation sans précédent rassembla des orchestres venus de 13 pays d'Europe dans l'espoir d'être désignés meilleure formation de jazz européenne.
En 1960, pour cette grande première, les États-Unis, berceau du jazz, participèrent à ce festival en qualité d'invité d'honneur.

Participa à cette première édition l'orchestre Wilbur de Paris avec le bassiste Charlie Mingus, Bud Powell, Dizzy Gillespie (créateur du bebop) ou encore Sister Rosetta Tharpe.

À l'origine, ce festival s'étalait sur neuf soirées. Le programme comprenait la Grande finale du Tournoi de Jazz 1960 organisée par la Radiodiffusion-Télévision française et qui se déroula la veille de l'inauguration. C'est le quintette français Arrigo Lorrenzi qui remporta la coupe du tournoi amateur, mais ne pouvant être présent pour recevoir son prix, il fut classé hors compétition.

Durant le Festival, les musiciens en compétition devaient se produire en deux lieux différents : dans l'enceinte du stade Fort Carré et dans la Pinède Gould. Mais dès la prestation du 10 juillet 1960 donné en hommage à Sidney Bechet dans la Pinède, les organisateurs comme les musiciens privilégièrent ce site. Ainsi toutes les prestations se déroulèrent à la Pinède.

Les vainqueurs de cette première édition furent le trio Pim Jacobs, Win Overgaauw et Rita Reys représentant la Hollande. Des prix furent attribués également aux orchestres des radio-télévisions yougoslave et hongroise.
En individuel, Raymond Court, de l'orchestre suisse Pierre Bouzu, remporta le titre de meilleur trompettiste européen de jazz.
Le Festival de Jazz de Juan-les-Pins va acquérir ainsi une notoriété mondiale, devenant le plus prestigieux après celui de Newport.

Devant le succès remporté par cette première édition, le Festival de Jazz de Juan-les-Pins fut reconduit tous les ans. La manifestation connut une récession dans les années 1971-1972, période durant laquelle la ville de Nice s'octroya le festival, mais dès 1973 le festival reprit à Juan-les-Pins. Depuis lors, il continue d'avoir lieu chaque année en juillet.

De grands noms sont passés par Jazz à Juan comme Ray Charles, Keith Jarrett, Ella Fitzgerald, Sonny Rollins, Marcus Miller, Miles Davis, Dee Dee Bridgewater, Norah Jones, ou encore Stevie Wonder, Sting, James Brown...

Cinq pôles France élites sont installés à Antibes Juan-les-Pins : la natation, la voile, la gymnastique, le trampoline et l’acrosport et la nage avec palmes.

Installé à Antibes Juan-les-Pins depuis 1983, le Pôle France regroupe une dizaine de nageurs d'un niveau international.
Les conditions climatiques de la région propices et la mise à disposition d'un bassin olympique performant, permettent aux nageurs de s'entraîner 365 jours par an, à l'extérieur s'ils le désirent.
Les résultats obtenus sont excellents puisque le Pôle France Natation d'Antibes Juan-les-Pins présente à tous les Jeux olympiques 1 ou 2 sélectionnés.
De son côté, le club antibois (cercle des nageurs d'Antibes) qui n'a jamais quitté l'élite de la natation française travaille en étroite collaboration avec le Pôle, et lui propose régulièrement de nouveaux jeunes talents.
Les deux figures emblématiques de ce club sont Franck Esposito, chef de file du pôle France antibois, 4 lors des derniers championnats du monde au 200 mètres papillon en grand bassin, détenteur du record du monde du 200 m papillon en petit bassin et Alain Bernard, recordman du monde sur 100 m et 50 m nage libre.

Le Club a été créé en 1968 par Hubert Lacladère, rugbyman, militaire et maître d'armes, frère de Michel Lacladère, champion de France de Rugby en 1968. Une plaque a été gravée en mémoire d'Hubert Lacladère.

Depuis 1973, Antibes Juan-les-Pins accueille au sein de ses installations, la gymnastique de haut niveau.
Près d'une quarantaine de gymnastes fréquentent à l'année, le Pôle France d'Antibes Juan-les-Pins. Aujourd'hui la gymnastique française fait partie des plus grandes nations (la France est championne d'Europe par équipes en 1998).
De son côté, le club, qui fournit chaque année de nouveaux éléments à l'équipe de France est devenu, en remportant un 19 titre national, l'un des clubs français les plus prestigieux, toutes disciplines confondues.
Lors des Jeux olympiques à Sydney, l’Antibois Benjamin Varonian a obtenu une médaille d’argent. Aux derniers championnats du monde de gymnastique, la France a terminé 4e par équipe, on notait la présence de deux antibois Sébastien Tayac et Florent Marée. Le 8 et 9 décembre 2001, le club de l’OAJLP Gymnastique a obtenu le 1 titre de champion d’Europe des Clubs.

Installé en plein cœur du site d'Antibes du CREPS PACA sur le port Vauban, le pôle France voile dispose de structures et de conditions météorologiques exceptionnelles qui permettent la pratique de la voile tout au long de l'année. Le pôle France d’Antibes est spécialisé en match racing. Chaque année depuis 1996 sont également organisées les Voiles d'Antibes, une régate de voiliers anciens.

Créé en septembre 2002, le Pôle France de nage avec palmes accueille une petite dizaine de nageurs. C'est, à ce jour, le seul pôle France proposant cette discipline dans tout l’hexagone. La discipline dépend de la Fédération française des études et sports sous-marins. Elle peut se pratiquer en piscine et sur plan d'eau naturel.

Le rayonnement sportif de la ville d'Antibes Juan-les-pins est également lié à l'Olympique d'Antibes Juan-les-Pins (basket-ball), champion de France à 3 reprises et aujourd'hui en Pro B. Le club est devenu en 2012 les Sharks d'Antibes, et joue depuis 2013 à l'Azur Arena.

Il fait partie de la vie des Antibois avec six courses organisées sur la commune : les 6 Jours d'Antibes, les 10 km du Rotary, le cross de l'ASOA, les montées de la Garoupe, les foulées des Semboules, la plus célèbre étant "Courir pour une fleur" réunissant plus de 2 000 coureurs.

Le club de football de la ville, le FC Antibes - Juan les Pins évolua dans l'élite du football français durant la période de l'entre-deux-guerres. Aujourd'hui, le club se retrouve dans les divisions régionales.

Plus anecdotique, Antibes accueillit un match de football de la 3ieme coupe du monde de football en 1938 : Suede vs Cuba

Entre 1928 et 1932, se déroule déjà le Grand Prix d'Antibes, au circuit du plateau de la Garoupe.

La manche française du championnat européen des rallyes, le Rallye d'Antibes, inscrit de grands noms à son palmarès, tels Loeb, Jean-Joseph, Auriol, Darniche, Nicolas, Beguin, Baroni, Delecour...

Les Monumentales est une exposition estivale à ciel ouvert au coeur de la ville d'Antibes. Chaque année, des artistes comme Théo Tobiasse, David DAVID ou Nicolas Lavarenne exposent leurs oeuvres dans le paysage urbain de la ville, et ce, entre l'esplanade du Pré-des-Pêcheurs et le Port Vauban.

Antibes possède un hôpital (Hôpital de la Fontonne) et de nombreux cabinets médicaux et pharmacies.

La paroisse Saint-Armentaire regroupe :

À Antibes, en 2021, le loyer d'une maison revient à environ 18,30 €.m alors que celui d'un appartement est légèrement plus cher, en moyenne 18,80 €.m2. Antibes étant une ville au bord de la mer Méditerranée, les prix de vente sont bien souvent plus élevés, comparé à une ville située en zone rurale.Le prix de vente des maisons est aux alentours de 5 470 €.m alors que le prix des appartements est légèrement plus bas, environ 4 210 €.m2. De 2021 à 2014, le prix du marché immobilier a augmenté de +32%.

La technopole de Sophia Antipolis, implantée à proximité, est un grand pourvoyeur d'emplois sur Antibes qui dispose également d'un parc d'affaires nommé Nova Antipolis.

Les Archives anciennes :

Les Archives modernes (allant de 1790 à 1945) :

Les Archives contemporaines commencent en 1946. Elles sont continuellement alimentées par les versements des services municipaux.

L'Orchestre d’harmonie Antibes Juan-les-Pins, créé il y a plus de 130 ans, regroupe toutes les familles d'instruments à vent.
Son répertoire comprend de la musique classique, de la musique légère et du jazz symphonique.
La cinquantaine de musiciens est un mélange de professionnels (professeurs, premiers prix de conservatoires) et d'amateurs, partageant une même passion « la musique d'ensemble ».
Faisant partie intégrante de la vie culturelle de la cité, l’orchestre se produit surtout dans des concerts de proximité.

Il fit l'ouverture dans les années 1990 du Festival Jazz à Juan.

Par ordre alphabétique :

Blasonnement des armes traditionnelles de la ville d'Antibes :

— tel que rapporté par Malte-Brun, dans la France illustrée (1882).

Surmontée de la bannière « Fidei Servandae Exemplum 1815 ».

L'origine des armoiries de la ville remonterait au XI siècle, où les croisés seraient partis du port d'Antibes pour la première croisade avec un pavillon bleu à croix blanche.
Le chef, le lambel de gueules et les quatre fleurs de lys sont introduites à partir des armes de la maison d'Anjou-Sicile, à la tête du comté de Provence depuis le XIIIe siècle.

La bannière « Fidei Servandae Exemplum 1815 » qui surmonte le blason est accordée par Louis XVIII à sa « bonne ville d'Antibes », titre restitué à cette occasion (après avoir été retiré par Napoléon) pour avoir fermé ses portes à l'empereur, de retour de l'île d'Elbe, à son débarquement à Golfe-Juan en 1815.

Incendie et explosion
Lorsqu’un réservoir contient du carburant ou un liquide inflammable, ainsi que de l’air qui sera sans aucun doute présent lors du nettoyage, vous disposez de 2 des 3 éléments nécessaires à un incendie ou une explosion. Le troisième élément est une source d’inflammation qui peut se présenter sous de nombreuses formes, notamment l’électricité statique, les équipements électriques, les surfaces chaudes et les réactions exothermiques (sulfure de fer). Le combustible et l’air sont souvent inévitables, de sorte que la seule façon de s’assurer que vous n’aurez pas d’explosion est d’éliminer complètement le risque d’inflammation.

Risques chimiques
De nombreux produits chimiques toxiques sont présents à l’intérieur des réservoirs et peuvent être rencontrés lors du nettoyage. Les dangers surviennent lorsqu’ils entrent en contact avec la peau, sont inhalés ou sont ingérés accidentellement. Les effets secondaires peuvent se produire immédiatement ou à long terme, et être de courte ou de longue durée selon le produit chimique.

Risques physiques, déficience en oxygène
Les procédés de nettoyage, de dégazage, de neutralisation doivent être effectués uniquement par un spécialiste en cuve à fioul. Dans la cuve les niveaux d’oxygène peuvent descendre bien en dessous du niveau de concentration recommandé. Il faut donc le tester et porter un appareil respiratoire avant d’entrer. Dans un réservoir à haut risque, le niveau d’oxygène doit être surveillé tout au long du processus de nettoyage. Seuls les professionnels sont autorisés à réaliser le nettoyage de cuve fioul. Si une évaluation précise des risques n’est pas effectuée par un technicien expérimenté, des problèmes peuvent se poser, notamment en cas de chute d’objets, de trébuchement, de surface glissante, de blessures à la tête, etc. Ces risques sont généralement aggravés lorsque le risque d’incendie est présent, car l’éclairage artificiel doit être réduit au minimum. Une autre problématique, lorsque de l’eau où des boues sont présentes au fond d’un réservoir, les réactions allergiques et les infections par contact ou par inhalation constituent un risque élevé. Les gaz et les liquides inflammables rejetés dans l’air et toute émission dans l’eau ou le sol constituent une préoccupation environnementale importante. Les réglementations doivent être strictement respectées dans cette situation.

Le dégazage d’une cuve à fioul est une opération délicate demandant l’application de méthodes très techniques. Si vous la confiez à une personne qui n’est pas suffisamment compétente, vous augmentez les risques de survenue d’incident. Étant hautement inflammables, les gaz contenus dans le réservoir pourraient exploser suite à une fausse manipulation, ce qui mettrait en danger vos installations et la vie de l’opérateur. Ces gaz très toxiques pourraient également s’échapper et asphyxier toutes personnes se trouvant dans les parages. Clean Cuve aux alentours de Antibes est le professionnel qu’il vous faut.

Étant donné qu’ils sont souvent enterrés sous terre, il faut parfois des années aux propriétaires pour se rendre compte que leur réservoir fuit. Une citerne qui fuit peut représenter un risque majeur pour la santé et l’environnement. Il est donc important de pouvoir reconnaître les signes, tels que :

  • La consommation de carburant augmente alors que le temps n’est pas particulièrement froid
  • Il y a de la végétation morte/teintante dans la zone du réservoir
  • Vous pouvez sentir les odeurs de mazout dans la maison/qui sortent du sol
  • Si l’eau de votre puits développe un goût, une odeur ou une couleur étrange
  • Le sol de la région est plus sombre que les sols indigènes environnants
  • Il y a un reflet arc-en-ciel huileux sur l’eau sous le réservoir, dans le puisard du sous-sol, etc.
  • La zone autour du tuyau de remplissage est tachée
  • Il y a de l’eau dans les conduites de carburant

Si vous voyez l’un de ces signes, il est temps d’appeler immédiatement une entreprise spécialisée en cuve à fioul près de Antibes.

  • Avant tout, chaque propriétaire doit savoir qu’il est recommandé de faire entretenir sa cuve tous les 10 ans maximum. Le professionnel cuve fioul aux alentours de Antibes vous le recommande.
  • Une cuve à fioul est soumise à la réglementation qui indique selon l’article 28 de l’arrêté du 1er juillet 2004 « fixant les règles techniques et de sécurité applicables au stockage de produits pétroliers dans les lieux non visés par la législation des installations classées ni la réglementation des établissements recevant du public » et qui précise que « tout abandon définitif (ou provisoire) d’un réservoir doit faire l’objet de dispositions conduisant à éviter tout risque de formation de vapeurs : vidange, dégazage et nettoyage ; comblement du réservoir ; ou retrait de celui-ci » et ainsi supprimer tout risque d’explosion et de pollution. Avant que la cuve à fioul puisse être retirée, il doit être mis hors service et correctement dégazé. Cela implique une vidange de la cuve et les tuyaux de tout fioul et de la nettoyer (qui inclus le dégazage) soigneusement afin d’éliminer tout le fioul et les vapeurs résiduelles. Si rien n’indique que la citerne fuit, elle est alors considérée comme apte et prête à être enlevée ou neutralisée en fonction du meilleur choix. Si vous avez récemment découvert un réservoir non étanche sur votre propriété, un professionnel peut vous aider à le déterminer.
  • Éviter des dommages de votre système de chauffage

C’est décidé, votre cuve à fioul ne vous est plus utile, il doit être retiré. Tout d’abord, il faut savoir que toutes manipulations (nettoyage, dégazage, découpe et inertage) d’une cuve à fioul sont extrêmement dangereuses. Un professionnel de la cuve à fioul est sollicité pour assurer le nettoyage, le dégazage et le découpe. L’enlèvement d’une cuve à fioul doit se faire dans les règles strictes de sécurité car il présente des risques d’incendie et d’explosion. De plus, le retrait d’une cuve à fioul près de Antibes nécessite des équipements spécifiques que seuls les professionnels possèdent et savent manipuler.

Clean Cuve

Zone d'intervention

Clean Cuve intervient dans les Alpes-Maritime (06) et le Var (83) auprès des particuliers, professionnels et collectivités.

Suggestion de recherches associées

Neutralisation cuve à fioul Peymeinade, Transfert de carburant cuve à fioul Solliès-Toucas, Dégazage cuve à fioul Biot, Dégazage cuve à fioul La Roquette-sur-Siagne, Cuve à fioul Tanneron, Transfert de carburant cuve à fioul Six-Fours-les-Plages, Citerne à fioul Opio, Dégazage cuve à fioul Carnoules, Vidange cuve à fioul La Crau, Cuve à fioul Solliès-Toucas, Cuve à mazout Roquebrune-sur-Argens, Citerne à fioul Le Beausset, Cuve à fioul Berre-les-Alpes, Neutralisation cuve à fioul Carqueiranne, Test d’étanchéité réservoir à mazout Solliès-Ville, Dégazage cuve à fioul La Turbie, Citerne à mazout Le Castellet, Enlèvement cuve à fioul Salernes, Cuve à mazout Cogolin, Citerne à fioul Signes, Nettoyage cuve à fioul Gonfaron, Vidange cuve à fioul Cannes, Neutralisation cuve à fioul Saint-Jean-Cap-Ferrat, Citerne à mazout Saint-Vallier-de-Thiey, Enlèvement cuve à fioul Vinon-sur-Verdon, Test d’étanchéité réservoir à mazout La Croix-Valmer, Cuve à fioul Ramatuelle, Transfert de carburant cuve à fioul La Roquebrussanne, Test d’étanchéité réservoir à mazout La Roquebrussanne, Transfert de carburant cuve à fioul Villefranche-sur-Mer, Enlèvement cuve à fioul Le Cannet-des-Maures, Citerne à mazout Sainte-Agnès, Démantèlement cuve à fioul Le Rouret, Test d’étanchéité réservoir à mazout Callas, Citerne à mazout Brignoles, Citerne à fioul Rians, Nettoyage cuve à fioul Peille, Neutralisation cuve à fioul Saint-Tropez, Dégazage cuve à fioul Mandelieu-la-Napoule, Transfert de carburant cuve à fioul Montferrat, Citerne à fioul Aups, Neutralisation cuve à fioul Lantosque, Enlèvement cuve à fioul La Turbie, Vidange cuve à fioul Aups, Cuve à fioul Hyères, Cuve à fioul Cotignac, Citerne à mazout Vidauban, Test d’étanchéité réservoir à mazout Tourves, Cuve à mazout La Valette-du-Var, Citerne à fioul Vence, Citerne à fioul Figanières, Citerne à mazout Le Muy, Nettoyage cuve à fioul Roquebrune-sur-Argens, Transfert de carburant cuve à fioul Puget-Ville, Enlèvement cuve à fioul Opio, Nettoyage cuve à fioul Belgentier, Citerne à mazout Flayosc, Test d’étanchéité réservoir à mazout Colomars, Citerne à mazout Théoule-sur-Mer, Dégazage cuve à fioul Saint-Jean-Cap-Ferrat, Citerne à mazout Gattières, Citerne à fioul Biot, Nettoyage cuve à fioul Saint-Cyr-sur-Mer, Nettoyage cuve à fioul Saint-Martin-Vésubie, Test d’étanchéité réservoir à mazout Plascassier, Cuve à fioul Saint-Martin-du-Var, Dégazage cuve à fioul La Londe-les-Maures, Test d’étanchéité réservoir à mazout La Farlède, Citerne à mazout Cantaron, Enlèvement cuve à fioul Le Bar-sur-Loup, Transfert de carburant cuve à fioul Saint-Laurent-du-Var, Transfert de carburant cuve à fioul La Crau, Enlèvement cuve à fioul Figanières, Neutralisation cuve à fioul Cap-d’Ail, Test d’étanchéité réservoir à mazout Le Revest-les-Eaux, Dégazage cuve à fioul Ramatuelle, Neutralisation cuve à fioul Cuers, Vidange cuve à fioul Mouans-Sartoux, Vidange cuve à fioul Flayosc, Transfert de carburant cuve à fioul Le Bar-sur-Loup, Neutralisation cuve à fioul Colomars, Cuve à mazout Falicon, Citerne à mazout Belgentier, Nettoyage cuve à fioul Le Pradet, Test d’étanchéité réservoir à mazout Pourrières, Cuve à fioul Biot, Vidange cuve à fioul Callas, Test d’étanchéité réservoir à mazout Gassin, Test d’étanchéité réservoir à mazout Saint-Paul-de-Vence, Démantèlement cuve à fioul Saint-Zacharie, Nettoyage cuve à fioul Taradeau, Enlèvement cuve à fioul Peille, Dégazage cuve à fioul Saint-Mandrier-sur-Mer, Enlèvement cuve à fioul Évenos, Vidange cuve à fioul Le Revest-les-Eaux, Cuve à mazout Pignans, Dégazage cuve à fioul Barjols, Dégazage cuve à fioul Sospel, Cuve à fioul Pignans, Dégazage cuve à fioul Plascassier, Enlèvement cuve à fioul Bras, Citerne à mazout Mandelieu-la-Napoule, Cuve à fioul Peille, Démantèlement cuve à fioul Tourrettes-sur-Loup, Vidange cuve à fioul Pignans, Cuve à fioul Le Rouret, Enlèvement cuve à fioul Forcalqueiret, Test d’étanchéité réservoir à mazout Cap-d’Ail, Neutralisation cuve à fioul Peillon, Citerne à mazout Garéoult, Vidange cuve à fioul La Roquebrussanne, Cuve à fioul Gattières, Citerne à fioul Nans-les-Pins, Cuve à fioul Bandol, Enlèvement cuve à fioul La Crau, Citerne à fioul La Londe-les-Maures, Neutralisation cuve à fioul Cagnes-sur-Mer, Citerne à mazout Ramatuelle, Neutralisation cuve à fioul Six-Fours-les-Plages, Transfert de carburant cuve à fioul Besse-sur-Issole, Nettoyage cuve à fioul Falicon, Neutralisation cuve à fioul La Garde-Freinet, Transfert de carburant cuve à fioul Colomars, Dégazage cuve à fioul Aspremont, Citerne à mazout Le Luc, Neutralisation cuve à fioul Pignans, Enlèvement cuve à fioul Mandelieu-la-Napoule, Cuve à fioul Callian, Démantèlement cuve à fioul Le Luc, Cuve à mazout Le Luc, Vidange cuve à fioul Falicon, Cuve à fioul Rians, Citerne à fioul La Trinité, Dégazage cuve à fioul Saint-Jeannet, Neutralisation cuve à fioul Flayosc, Cuve à fioul Vidauban, Enlèvement cuve à fioul Saint-Martin-Vésubie, Citerne à mazout Saint-Mandrier-sur-Mer, Dégazage cuve à fioul Le Rouret, Test d’étanchéité réservoir à mazout Évenos, Test d’étanchéité réservoir à mazout Garéoult, Test d’étanchéité réservoir à mazout Saint-Vallier-de-Thiey, Vidange cuve à fioul Trans-en-Provence, Citerne à mazout Saint-André-de-la-Roche, Test d’étanchéité réservoir à mazout Collobrières, Test d’étanchéité réservoir à mazout Saint-Zacharie, Citerne à mazout Le Thoronet, Transfert de carburant cuve à fioul Roquebillière, Citerne à mazout Castagniers, Nettoyage cuve à fioul La Roquebrussanne, Test d’étanchéité réservoir à mazout Vence, Cuve à fioul Mouans-Sartoux, Vidange cuve à fioul Flassans-sur-Issole, Citerne à mazout Montauroux, Enlèvement cuve à fioul Menton, Citerne à fioul Le Pradet, Vidange cuve à fioul Théoule-sur-Mer, Vidange cuve à fioul Beaulieu-sur-Mer, Vidange cuve à fioul Le Val, Vidange cuve à fioul Villefranche-sur-Mer, Test d’étanchéité réservoir à mazout Grasse, Citerne à fioul Le Muy, Enlèvement cuve à fioul Levens, Enlèvement cuve à fioul Roquebrune-sur-Argens, Neutralisation cuve à fioul Falicon, Démantèlement cuve à fioul Colomars, Dégazage cuve à fioul Bras, Nettoyage cuve à fioul Grimaud, Cuve à fioul Montferrat, Citerne à mazout Sospel, Neutralisation cuve à fioul Saint-Raphaël, Enlèvement cuve à fioul Beaulieu-sur-Mer, Neutralisation cuve à fioul Sainte-Maxime, Vidange cuve à fioul Le Rouret, Neutralisation cuve à fioul Le Tignet, Nettoyage cuve à fioul Mandelieu-la-Napoule, Enlèvement cuve à fioul Tourves, Cuve à mazout Vallauris, Vidange cuve à fioul La Valette-du-Var, Citerne à mazout Évenos, Enlèvement cuve à fioul Le Lavandou, Citerne à fioul Lantosque, Transfert de carburant cuve à fioul Bormes-les-Mimosas, Neutralisation cuve à fioul Nice, Cuve à mazout Carros, Dégazage cuve à fioul Le Broc, Enlèvement cuve à fioul La Garde-Freinet, Enlèvement cuve à fioul Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, Test d’étanchéité réservoir à mazout Carcès, Citerne à mazout Falicon, Citerne à mazout Lorgues, Dégazage cuve à fioul Berre-les-Alpes, Test d’étanchéité réservoir à mazout Saint-Raphaël, Nettoyage cuve à fioul Draguignan, Dégazage cuve à fioul Pégomas, Citerne à mazout Saint-Tropez, Dégazage cuve à fioul Fréjus, Neutralisation cuve à fioul Callas, Cuve à fioul Aspremont, Vidange cuve à fioul Puget-sur-Argens, Transfert de carburant cuve à fioul Seillans, Vidange cuve à fioul Cogolin, Enlèvement cuve à fioul Solliès-Pont, Cuve à fioul Carqueiranne, Vidange cuve à fioul Montferrat, Citerne à mazout Cotignac, Enlèvement cuve à fioul La Trinité, Test d’étanchéité réservoir à mazout Tanneron, Citerne à fioul La Valette-du-Var, Transfert de carburant cuve à fioul Taradeau, Cuve à mazout Saint-André-de-la-Roche, Démantèlement cuve à fioul Bormes-les-Mimosas, Vidange cuve à fioul Saint-Tropez, Citerne à fioul Sospel, Démantèlement cuve à fioul Èze, Neutralisation cuve à fioul Montferrat, Nettoyage cuve à fioul Ollioules, Nettoyage cuve à fioul Nice, Enlèvement cuve à fioul Saint-Laurent-du-Var, Cuve à mazout Pégomas, Vidange cuve à fioul La Farlède, Démantèlement cuve à fioul Carros, Test d’étanchéité réservoir à mazout L’Escarène, Enlèvement cuve à fioul La Gaude, Test d’étanchéité réservoir à mazout Gonfaron, Nettoyage cuve à fioul Solliès-Ville, Démantèlement cuve à fioul Montauroux, Cuve à mazout Le Beausset, Neutralisation cuve à fioul Peille, Nettoyage cuve à fioul Pierrefeu-du-Var, Vidange cuve à fioul Seillans, Cuve à mazout Peillon, Transfert de carburant cuve à fioul Le Thoronet, Démantèlement cuve à fioul Callas, Neutralisation cuve à fioul Saint-André-de-la-Roche, Neutralisation cuve à fioul Sospel, Enlèvement cuve à fioul Blausasc, Nettoyage cuve à fioul Saint-Étienne-de-Tinée, Citerne à mazout Cavalaire-sur-Mer, Dégazage cuve à fioul La Motte, Démantèlement cuve à fioul Néoules, Démantèlement cuve à fioul Solliès-Toucas, Nettoyage cuve à fioul Cap-d’Ail, Neutralisation cuve à fioul Solliès-Ville, Vidange cuve à fioul Cavalaire-sur-Mer, Démantèlement cuve à fioul Taradeau, Démantèlement cuve à fioul Lucéram, Nettoyage cuve à fioul Roquebrune-Cap-Martin, Test d’étanchéité réservoir à mazout Auribeau-sur-Siagne, Vidange cuve à fioul Valbonne, Citerne à mazout Hyères, Citerne à fioul Ollioules, Démantèlement cuve à fioul Pignans, Citerne à fioul Six-Fours-les-Plages, Dégazage cuve à fioul Puget-Théniers, Neutralisation cuve à fioul La Roquette-sur-Siagne, Cuve à mazout Peymeinade, Démantèlement cuve à fioul Saint-Étienne-de-Tinée, Dégazage cuve à fioul Roquebrune-sur-Argens, Nettoyage cuve à fioul Carros, Vidange cuve à fioul Roquebrune-Cap-Martin, Transfert de carburant cuve à fioul Montauroux, Cuve à mazout Roquebrune-Cap-Martin, Enlèvement cuve à fioul Mougins, Citerne à fioul Saint-Laurent-du-Var, Neutralisation cuve à fioul Carnoules, Transfert de carburant cuve à fioul Rocbaron, Dégazage cuve à fioul Pourrières, Citerne à fioul Roquefort-les-Pins, Neutralisation cuve à fioul Roquebrune-sur-Argens, Vidange cuve à fioul Breil-sur-Roya, Cuve à fioul Montauroux, Dégazage cuve à fioul Ollioules, Nettoyage cuve à fioul Spéracèdes, Transfert de carburant cuve à fioul Saint-Cyr-sur-Mer, Neutralisation cuve à fioul La Seyne-sur-Mer, Citerne à mazout Sainte-Anastasie-sur-Issole, Neutralisation cuve à fioul Le Muy, Enlèvement cuve à fioul Breil-sur-Roya, Dégazage cuve à fioul Sanary-sur-Mer, Transfert de carburant cuve à fioul Le Lavandou, Démantèlement cuve à fioul Roquebrune-sur-Argens, Test d’étanchéité réservoir à mazout Saint-Jeannet